La poignée de main du matin en France

Avant toute chose, à votre arrivée au travail, avant de vous installer à votre bureau, d’organiser votre journée, de lire vos méls, il est absolument impératif de saluer vos collègues. Rien de plus normal ! me direz-vous, on fait la même chose dans tous les pays. Oui et non.

la-poignee-de-mains-en-FranceCe salut matinal n’est d’abord pas seulement destiné à vos proches collaborateurs : il n’est pas rare de voir une personne passer de service en service pour serrer la main de chacun et prendre des nouvelles. Certains étrangers sont parfois très surpris du « temps perdu » à ces salutations quotidiennes.

Ensuite, ce salut se manifeste en France presque exclusivement par la poignée de main. N’allez pas saluer un collègue d’un signe de la main ou pire, sans faire même aucun geste, lancer un simple « Bonjour Bernard ! » : ce serait mal ressenti ou plutôt ressenti comme une marque de froideur et de distance. La poignée de main est tellement obligatoire qu’un Espagnol travaillant en France avait très justement remarqué que si vous êtes présentement occupé et les mains prises ou sales au moment où on vient vous saluer, vous devrez présenter un bout de coude ou d’avant bras. Votre interlocuteur saisira tout naturellement le morceau de bras que vous lui aurez tendu.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , , , ,

Saluer et resaluer : les règles à suivre

Vous travaillez dans une entreprise française et vous avez, bien sûr, saluer tous vos collègues de la manière la plus adéquate possible en leur serrant la main. Imaginons maintenant que vous croisez une nouvelle fois dans les couloirs un collègue que vous avez déjà salué à votre arrivée : que faites-vous ?

Les hispanophones, suivant leurs coutumes, ont tendance à le saluer une nouvelle fois d’un « Bonjour ! » C’est cependant impossible : « Bonjour » ne peut être dit qu’une fois dans la journée. Un Français risque de se surprendre si à chaque fois que vous le croisez vous lui dites bonjour !

Certains anglophones, suivant encore leurs coutumes, croiseront leur collègue sans un regard pour lui, ce qui risque fort de le blesser : « Pourquoi est-il si froid et que s’est-il passé depuis ce matin où il m’a chaleureusement saluer ? »

Que faut-il donc faire ? En France, dans cette situation, votre collègue cherchera votre regard ; quand le contact visuel est établi, chacun esquisse un sourire tout en hochant légèrement la tête. Personne ne s’arrête, rien n’est verbalisé, ce « contact » est très bref et il est inutile d’exagérer votre sourire. Il s’agit simplement de dire à l’autre qu’on l’a reconnu.

Il arrive cependant que les Français, dans pareille occasion, se lancent « Rebonjour ! » ou même seulement « Re », mais c’est toujours sur un mode humoristique.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , ,

Envoyer ses cartes de vœux pour la Nouvelle Année

Et voila ! Les fêtes sont terminées et après vous être laissés aller à quelques excès vous vous préparez à commencer la nouvelle année plein de bonnes résolutions. Pas vraiment, pour le moment, de grosses différences interculturelles entre la France, l’Espagne ou la Catalogne ! Mais, en France, ce début d’année est aussi un moment important de votre correspondance.

Meilleurs voeux 2016Premiers jours de janvier en France : jusqu’à présent, vous n’avez envoyé aucune carte à vos clients ou fournisseurs : c’est normal. Dans de nombreux pays, en Espagne entre autres, l’envoi d’une carte pour Noël est habituel. En France, tradition athée ou pas, c’est à la Nouvelle Année qu’on prend la plume. Jamais expédiée avant le commencement de l’année, votre lettre devra parvenir à son destinataire avant la fin janvier (l’idéal étant qu’il la reçoive durant les deux premières semaines du mois).

Souhaiter la bonne année a gardé dans le monde de l’entreprise beaucoup de ses traditions ; il est encore d’usage de le faire par écrit et par courrier postal plus que par courriel. Les cartes sont imprimées d’une formule qui dépend bien évidemment du destinataire ; « (Recevez) (nos) meilleurs vœux pour (l’année) 2016 » est cependant assez large pour pouvoir être employé dans toutes les situations. Dans certains cas, vous prendrez soin d’ajouter quelques mots à la main afin de personnaliser votre envoi.

Et puisque nous sommes aujourd’hui le 5 janvier, c’est le moment pour nous de vous souhaiter à tous une excellente année 2016 !

Étiquettes: , , , ,

Petit cours de politesse « à la française »

Certains mots sont absolument indispensables dans la communication avec les Français. Jean-Benoît Nadeau est Québécois ; il s’intéresse de près à la langue et à la culture ; il a obtenu de grands succès éditoriaux traduits dans le monde entier, notamment Le français, quelle histoire !, Pas si fous ces Français et Les Français aussi ont un accent. Il habite Paris depuis septembre 2013 et tient une chronique dans la revue Le Français dans le Monde. Voici ce qu’il notait en août dernier :

« Nous montons dans le bus 91 direction Gare de Lyon. Tandis que Julie et les enfants valident leur billet, le chauffeur leur lance un regard noir.

Râlâlâ!, dit-il.

Je comprends tout de suite : nous avons oublié de dire « bonjour ». Alors je tente de corriger le problème en lui disant « merci ». Trop tard.

Mais il faut dire bonjour aux gens ! Râlâlâ! Il y a des gens mal élevés… !

Politesse à la françaiseJ’ai beau être en France depuis dix mois, il m’arrive encore d’oublier de dire bonjour, LE mot clé de toute interaction ici. C’est qu’à Montréal, d’où je viens, il est très rare qu’un employé s’attende à ce que des inconnus lui disent bonjour, à plus forte raison les 10 000 utilisateurs d’un bus. Mais le chauffeur de bus parisien – tout comme d’ailleurs le caissier, le libraire, le serveur ou le gardien de piscine- s’attend à recevoir 10 000 bonjours et à y répondre. « Bonjour », comme « Au revoir », « Excusez-moi », « Merci », « Je vous en prie », « Il n’y a pas de quoi » et « Bon appétit », figurent parmi les essentiels du kit de survie de l’étranger en France.

[…] Les étrangers se plaignent souvent du mauvais caractère des Français et pas seulement des Parisiens. Mais neuf fois sur dix, j’ai constaté qu’ils ont oublié de dire bonjour. »

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , ,

Se saluer au Québec (2)

Nous avions déjà abordé voilà quelque temps la question des salutations au Québec. Il nous restait à apporter quelques précisions, ce que nous faisons aujourd’hui.

Dans la « Belle province » (Québec), il est d’usage de saluer en disant « Allô ! » au lieu de « Bonjour ! ». Cela risque de surprendre de nombreux francophones, qui réservent « Allô ! » aux conversations téléphoniques. « Allô ! » et « Salut ! » sont les salutations les plus courantes au Québec ; « Bonjour ! » est considéré comme étant plus (voire trop) distant.

Les Québécois utilisent aussi le « Tu » beaucoup fréquemment que les autres francophones, et notamment les Français. Même dans des situations formelles, l’usage est de tutoyer ; vous ne risquez donc pas de faire un faux-pas : le « tu » ne pourra jamais être considéré comme trop familier et partant impoli. C’est que, quoi qu’on dise, l’influence de l’anglais au Québec se fait souvent sentir. Ici, la diffusion du « tu » s’explique par l’utilisation et l’influence du « you » anglais.

Cette influence explique d’ailleurs un autre usage : les Québécois répondent à « Merci ! » par « Bienvenue ! » (là où les autres francophones répondraient un « De rien » ou « Je vous/t’en prie »). Il faut tout simplement voir là la traduction littérale de l’anglais « You’re welcome ».

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , , ,

Comment se saluer dans l’entreprise française (3)

Vous travaillez dans une entreprise française et vous avez, bien sûr, salué tous vos collègues de la manière la plus adéquate possible en leur serrant la main (voir notre précédent billet). Imaginons maintenant que vous recroisez dans les couloirs un collègue que vous avez déjà salué à votre arrivée: que faites-vous?

Les hispanophones, suivant leurs coutumes, ont tendance à le saluer une nouvelle fois d’un «Bonjour!» C’est cependant impossible: «Bonjour» ne peut être dit qu’une fois dans la journée. Un Français risque de se surprendre si à chaque fois que vous le croisez vous lui dites bonjour!

Certains anglophones, suivant encore leurs coutumes, croiseront leur collègue sans un regard pour lui, ce qui risque fort de le blesser: «Pourquoi est-il si froid et que s’est-il passé depuis ce matin où il m’a chaleureusement saluer?»

Que faut-il donc faire? En France, dans cette situation, votre collègue cherchera votre regard; quand le contact visuel est établi, chacun esquisse un sourire tout en hochant légèrement la tête. Personne ne s’arrête, rien n’est verbalisé, ce «contact» est très bref et il est inutile d’exagérer votre sourire. Il s’agit simplement de dire à l’autre qu’on l’a reconnu.

Il arrive cependant que les Français, dans pareille occasion, se lancent «Rebonjour!» ou même seulement «Re!», mais c’est toujours sur un mode humoristique.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , ,

Comment se saluer dans l’entreprise française (2)

Il y a quelques mois, nous avions vu comment les Français se saluent lorsqu’ils arrivent au bureau. Il nous reste à apprendre comment ils se quittent quand ils en partent. Eh bien ici, il n’y a aucune règle.

On peut, certes, se serrer la main, mais ce n’est pas obligatoire. Très souvent, la poignée de main est naturelle pour les collègues qui travaillent directement ensemble. Mais plus question de refaire le tour des bureaux pour « serrer la louche » (comme on dit familièrement) de tout le monde. Vous vous apercevrez que la plupart du temps les Français partent du travail… sans saluer personne !

Croisant par hasard un collègue au moment de votre départ, il vous suffira de lui dire «Au revoir» ou d’agiter la main de loin -chose presque impossible à faire quand vous arrivez !

L’explication ? Difficile à dire ! Peut-être que si les longues salutations du matin sont finalement prises sur leur temps de travail, celles du soir le sont sur leur temps personnel, dont ils sont très jaloux…

En tout cas, on pourrait penser que l’origine de l’expression espagnole ou catalane (littéralement : « partir à la française », qui signifie partir sans saluer) s’explique tout naturellement ! Pas du tout puisque, pour les Français, partir sans saluer se dit : « filer à l’anglaise » !

Ne soyez donc pas vexé si un collègue, qui le matin a pris la peine de venir jusqu’à votre bureau pour vous saluer, part presque subrepticement en fin de journée !

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: ,

Comment se saluer dans l’entreprise québécoise

Saluer ses collègues en serrant leur main : en France, oui! mais pas partout dans le monde francophone. Si vous travaillez ou partez en voyage d’affaires au Québec, ce salut ne sera pas de rigueur. C’est même mieux : on l’évite. Certes, il arrive que deux Québécois se serrent la main. Vous pourrez alors en déduire que ce sont de proches amis. Sinon, la poignée de main est presque toujours emprunte d’une forte charge cérémoniale.

Ce peut être pour formaliser une transaction. Le jour de votre embauche ou à la signature d’un contrat, une poignée de main scellera l’accord définitif. Elle est également fréquente à la première rencontre. Attention! à la première rencontre seulement! L’importance de cette présentation mutuelle et officielle oblige en quelque sorte les deux interlocuteurs à cette politesse. Et que cela ne devienne pas ensuite une habitude!

Au Québec, vous êtes en Amérique du Nord, ne l’oubliez pas. On se touche beaucoup moins que dans les pays méditerranéens. De plus, la poignée de main matinale, systématique et répétitive, y est vue comme une perte de temps. Comment faire alors? Faites précisément ce qu’il faut éviter en France : saluez simplement de loin en lançant «Bonjour!»

Pas facile de parler une langue!

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , , ,

Comment se saluer dans l’entreprise française

Eh bien commençons ce blog consacré aux habitudes dans l’entreprise française par le début, c’est à dire : la poignée de main du matin ! Avant toute chose, à votre arrivée au travail, avant de vous installer à votre bureau, d’organiser votre journée, de lire vos méls, il est absolument impératif de saluer vos collègues. Rien de plus normal ! me direz-vous, on fait la même chose dans tous les pays. Oui et non.

Ce salut matinal n’est d’abord pas seulement destiné à vos proches collaborateurs : il n’est pas rare de voir une personne passer de service en service pour serrer la main de chacun et prendre des nouvelles. Certains étrangers sont parfois très surpris du « temps perdu » à ces salutations quotidiennes.

Ensuite, ce salut se manifeste en France presque exclusivement par la poignée de main. N’allez pas saluer un collègue d’un signe de la main ou pire, sans faire même aucun geste, lancer un simple « Bonjour Bernard ! » : ce serait mal ressenti ou plutôt ressenti comme une marque de froideur et de distance. La poignée de main est tellement obligatoire qu’un Espagnol travaillant en France avait très justement remarqué que si vous êtes présentement occupé et les mains prises ou sales au moment où on vient vous saluer, vous devrez présenter un bout de coude ou d’avant bras. Votre interlocuteur saisira tout naturellement le morceau de bras que vous lui aurez tendu.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , ,