Avec les Français, sachez utiliser votre culture méditerranéenne !

Connaître et s’adapter aux us et coutumes de la culture de l’autre est primordial si on veut faciliter la communication et éviter de nombreux malentendus. On ne calcule plus le nombre de contrats n’ayant finalement pas été signés en raison d’une incompréhension interculturelle des deux parties –incompréhension liée souvent à« un point de détail »qui prend soudainement une importance démesurée.

Mais il ne s’agit pas d’oublier nos habitudes pour « singer » celles de l’autre ; il faut aussi savoir rester naturel et utiliser à bon escient les préjugés de l’autre sur de notre culture.

Question relations humaines, le Français a par exemple un a priori positif vis à vis des Méditerranéens. Il suffit qu’un Italien ou un Espagnol le tutoie ou lui touche le bras pendant la conversation pour qu’il s’étonne avec ravissement de leur chaleur humaine et qu’il pense : « Tout de même ! Ces Espagnols/Italiens, ce qu’ils sont sympathiques ! et comme tout est facile avec eux ! »(et il oubliera complètement qu’un compatriote ayant eu la même attitude l’aurait offusqué !).

N’ayez donc pas peur d’avoir recours à ces moyens pour mieux approcher votre interlocuteur et instaurer un climat de confiance lors d‘une négociation : feignez d’oublier que vous savez le vouvoiement obligatoire, faites comme dans votre langue, tutoyez-le ; ce qu’il n’acceptera jamais d’un compatriote sera accueilli avec enchantement si c’est vous. Il s’agit simplement de ne pas dépasser la limite de l’acceptable pour votre interlocuteur. Une écoute active et un peu d’intuition devraient vous permettre d’y parvenir.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , , , ,

Le langage des doigts et des mains en France (2)

Nous continuons à voir ensemble la signification de quelques gestes des Français.

Le bout des cinq doigts qui se rejoignent et orientés vers le haut : ce geste ponctue le discours et montre que ce que vous dites est très important.

En ouvrant la main, la paume vers l’interlocuteur, et en l’agitant légèrement de gauche à droite et de droite à gauche, vous refusez poliment la proposition de votre interlocuteur.

Pour signifier que quelqu’un est fou, on tape légèrement son index contre sa tempe (variante : l’index tourne contre la tempe).

Les deux mains jointes et les doigts emmêlés, les pouces tournant l’un autour de l’autre : vous dites que vous êtes inoccupé, oisif.

La main semble jeter quelque chose par dessus l’épaule. On refuse ainsi de rendre service, ou une proposition qui nous semble exagérée.

Le pouce et l’index forment un petit cercle, les quatre doigts sont ouverts. Ce geste exprime l’appréciation, en particulier pour un plat, une recette de cuisine.

Enfin, voici un geste très vulgaire : le bras est plié, poing fermé et l’autre main vient frapper vigoureusement l’avant bras pour s’y poser. C’est le geste du « bras d’honneur ». C’est l’équivalent du geste où le majeur est tendu (les autres doigts sont repliés) –appelé lui un « doigt d’honneur ». Vous ainsi exprimez votre hostilité ; c’est une insulte.

Vous pouvez complétez votre apprentissage de la gestualité française grâce à l’humoriste Gad Elmaleh (c’est en anglais) :

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , , ,

Le langage des doigts et des mains en France

On croit souvent que les gestes ont la même signification d’une culture à l’autre. Pourtant, tout le monde a en mémoire l’exemple des pays où on hoche la tête de bas en haut pour nier ou refuser, et de droite à gauche pour dire oui… Le langage non verbal est spécifique à chaque culture même si certaines d’entre elles peuvent partager certains gestes.

Voici quelques gestes employés en France.

Les doigts tendus vers l’interlocuteur, serrés les uns contre les autres et tapotant le pouce comme une pince qui s’ouvre et se referme, signifient « Tais-toi ! ». C’est un geste très familier et qui peut être très impoli voire agressif si vous le faites à une personne que vous connaissez peu.

En tendant votre index vers l’œil et en tirant un peu la peau vers le bas, vous dites à votre interlocuteur que vous ne le croyez pas. Vous pouvez accompagner votre geste par les mots : « Mon œil ! ». C’est aussi un geste familier.

En plaçant votre pouce près de l’oreille et l’auriculaire près de la bouche (les autres doigts sont repliés), vous dites « On se téléphone ! ».

Les doigts collés et repliés, qui frottent la joue du côté extérieur de la main, en soufflant légèrement : vous montrez que quelque chose ou quelqu’un vous ennuie. Vous pouvez accompagner votre geste des mots : « Ça/il me rase ! » ou « C’est rasant ! ».

Le poing fermé devant le nez avec une légère rotation : « Il a trop bu, il est ivre ! ».

Il existe beaucoup d’autres gestes ! Nous en reparlerons les prochaines semaines.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , ,

La poignée de main du matin en France

Avant toute chose, à votre arrivée au travail, avant de vous installer à votre bureau, d’organiser votre journée, de lire vos méls, il est absolument impératif de saluer vos collègues. Rien de plus normal ! me direz-vous, on fait la même chose dans tous les pays. Oui et non.

la-poignee-de-mains-en-FranceCe salut matinal n’est d’abord pas seulement destiné à vos proches collaborateurs : il n’est pas rare de voir une personne passer de service en service pour serrer la main de chacun et prendre des nouvelles. Certains étrangers sont parfois très surpris du « temps perdu » à ces salutations quotidiennes.

Ensuite, ce salut se manifeste en France presque exclusivement par la poignée de main. N’allez pas saluer un collègue d’un signe de la main ou pire, sans faire même aucun geste, lancer un simple « Bonjour Bernard ! » : ce serait mal ressenti ou plutôt ressenti comme une marque de froideur et de distance. La poignée de main est tellement obligatoire qu’un Espagnol travaillant en France avait très justement remarqué que si vous êtes présentement occupé et les mains prises ou sales au moment où on vient vous saluer, vous devrez présenter un bout de coude ou d’avant bras. Votre interlocuteur saisira tout naturellement le morceau de bras que vous lui aurez tendu.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , , , ,

Le commerce international et l’interculturalité

L’importance de l’interculturel dans les classes de français en entreprises est assez peu soulignée, c’est pourtant capital. On pourrait définir très rapidement l’interculturel par la sensibilisation à la culture de l’autre. Chacun agit en fonction des codes de sa propre culture et chacun pense inconsciemment que cette manière de faire est non seulement «normale» mais «meilleure».

Cette sensibilisation est d’autant plus importante que les cultures sont ou semblent proches. Cela peut sembler paradoxal mais s’explique facilement.

Qu’un Espagnol aille faire du commerce en Chine et il sera automatiquement sur un qui –vive permanent pour décoder et comprendre la culture chinoise: chacun sait que ce sont des cultures radicalement différentes. Sans un apprentissage spécifique, ce décodage sera sans doute difficile pour lui; il reste qu’il en aura intériorisé la nécessité.

Mais que le même Espagnol fasse des affaires avec un Français et il se dira presque aussi automatiquement que dans le premier cas : «Nos deux pays sont européens, voisins qui plus est, et nous parlons deux langues romanes: nous devrions facilement nous entendre. » Or les ressortissants des deux pays agissent et pensent différemment dans de nombreux domaines, ce qui génère malentendus, quiproquos, incompréhensions, et explique bon nombre d’échecs commerciaux. Voilà pourquoi il est important d’être sensibilisé à la culture de l’autre.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , ,

L’importance de la communication non verbale dans les affaires

« Après tout, si nous pouvions vraiment comprendre 93% de ce que les gens disent sans recourir aux mots, il n’y aurait pas besoin d’apprendre les langues étrangères et personne ne pourrait s’en tirer avec un mensonge. »

Slate.fr 9 avril 2013

Certes, le journaliste du Slate semble ne pas avoir compris ni ce qu’était une langue (étrangère ou pas) mais, comme le notait un spécialiste en la matière, il semble ignorer aussi ce qu’est le non verbal. Nous vous invitons d’ailleurs à lire son article.

Nous voudrions ajouter à son analyse que tout le problème du non verbal est précisément qu’il n’est pas un langage universel et qu’un même signe, une même expression peuvent avoir des significations différentes.

Langage non verbalLa communication non verbale est composée de :

– la communication volontaire ou non volontaire se faisant par des voies hormonales ou phéromonales

– la communication par le toucher

– la communication par le biais de mouvements interprétés grâce au partage d’une même culture.

Il est donc utile, dans les affaires qu’on peut conduire avec un francophone, de connaitre au moins ce troisième type de communication.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: ,

La négociation interculturelle avec des francophones

Maîtriser les techniques de discussion commerciales ne suffit pas : connaître les us et coutumes locaux et faire preuve d’humilité sont aussi essentiels.

Le rapport au temps peut être différent d’un pays à l’autre : au Maghreb par exemple, certaines négociations commerciales ou contractuelles peuvent se terminer le samedi (ce jour n’étant pas férié). Au Maghreb encore, le chef évitera toujours de faire perdre la face à l’un de ses collaborateurs. Il ne faut pas non plus négliger la gestion de l’espace entre soi et l’autre : elle est très importante : un méditerranéen (un Maghrébin, un Espagnol ou Méridionale français) auront, à des degrés divers, tendance à toucher leur interlocuteur ; en revanche, ce geste risque de surprendre et de mettre mal à l’aise un Français de Paris.

Négociation interculturelleMême quand les codes culturels sont assez similaires, comme pour l’Espagne et la France, il est nécessaire d’être attentif à certaines particularités. Patrick Denoux explique que « dans les négociations commerciales franco-espagnoles, [il a été souvent] observé que les négociateurs français partaient à la recherche d’un interlocuteur alors que les négociateurs espagnols partaient à la recherche d’un réseau. Bien que les variations entre France et Espagne soient faibles sur les quatre indices culturels (distance hiérarchique, contrôle de l’incertitude, individualisme et masculinité), des différences importantes dans l’identification des partenaires sont apparues liées à des fonctionnements collectifs ou individuels culturellement marqués et engageant les phénomènes identitaires. Par exemple, la pratique qui consiste à donner la carte de visite d’un tiers est difficilement concevable en milieu français où elle reste d’une identité sociale individualisée ».

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , ,

Code vestimentaire et chemisette

En France, pour les hommes, le code vestimentaire est des plus classiques dans le monde professionnel. Costume, option cravate, et chemise. Chemise à manches longues, même lorsque la belle saison arrive ? C’est toute la question, si on en croit un récent article du Monde. Selon cet article, si la chemisette semble être le plus banals des vêtements, elle est pourtant une marque de mauvais goût. L’auteur rappelle d’abord qu’elle n’a jamais été une pièce de travail et qu’elle n’est apparue que dans les années 1920, lorsque « l’uniforme masculin classique se retrouvait pour la première fois sujet à contestation ».

Pourquoi donc de « mauvais goût » ? L’auteur explique que « l’amateur de chemisette au travail a de grandes chances de dévoiler son aisselle velue à la première présentation Power Point venue ». On peut penser que c’est somme toute léger comme argument… Quoi qu’il en soit, pour lui, même une cravate ne peut arranger la chose : le mauvais goût y serait alors à son comble. Que faire en période estivale ? Eh bien porter une chemise à manches longues et remonter celles-ci !

Moralité : « La chemisette est à bannir dans un contexte professionnel ». Soyons pourtant réalistes : en France, la chemisette, même moins portée que dans les pays méditerranéens (où certaines personnes les portent y compris pendant l’hiver), a de nombreux adeptes en été.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: ,

Les gestes des Français (2)

Nous continuons à voir ensemble la signification de quelques gestes des Français.

Le bout des cinq doigts qui se rejoignent et orientés vers le haut : ce geste ponctue le discours et montre que ce que vous dites est très important.

En ouvrant la main, la paume vers l’interlocuteur, et en l’agitant légèrement de gauche à droite et de droite à gauche, vous refusez poliment la proposition de votre interlocuteur.

Pour signifier que quelqu’un est fou, on tape légèrement son index contre sa tempe (variante : l’index tourne contre la tempe).

Les deux mains jointes et les doigts emmêlés, les pouces tournant l’un autour de l’autre : vous dites que vous êtes inoccupé, oisif.

La main semble jeter quelque chose par dessus l’épaule. On refuse ainsi de rendre service, ou une proposition qui nous semble exagérée.

Le pouce et l’index forment un petit cercle, les quatre doigts sont ouverts. Ce geste exprime l’appréciation, en particulier pour un plat, une recette de cuisine.

Enfin, voici un geste très vulgaire : le bras est plié, poing fermé et l’autre main vient frapper vigoureusement l’avant bras pour s’y poser. C’est le geste du « bras d’honneur ». C’est l’équivalent du geste où le majeur est tendu (les autres doigts sont repliés) –appelé lui un « doigt d’honneur ». Vous ainsi exprimez votre hostilité ; c’est une insulte.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

BONNE ANNÉE À TOUS !

Étiquettes: ,

Les gestes des Français

On croit souvent que les gestes ont la même signification d’une culture à l’autre. Pourtant, tout le monde a en mémoire l’exemple des pays où on hoche la tête de bas en haut pour nier ou refuser, et de droite à gauche pour dire oui… Le langage non verbal est spécifique à chaque culture même si certaines d’entre elles peuvent partager certains gestes.

Voici quelques gestes employés en France.

Les doigts tendus vers l’interlocuteur, serrés les uns contre les autres et tapotant le pouce comme une pince qui s’ouvre et se referme, signifient « Tais-toi ! ». C’est un geste très familier et qui peut être très impoli voire agressif si vous le faites à une personne que vous connaissez peu.

En tendant votre index vers l’œil et en tirant un peu la peau vers le bas, vous dites à votre interlocuteur que vous ne le croyez pas. Vous pouvez accompagner votre geste par les mots : « Mon œil ! ». C’est aussi un geste familier.

En plaçant votre pouce près de l’oreille et l’auriculaire près de la bouche (les autres doigts sont repliés), vous dites « On se téléphone ! ».

Les doigts collés et repliés, qui frottent la joue du côté extérieur de la main, en soufflant légèrement : vous montrez que quelque chose ou quelqu’un vous ennuie. Vous pouvez accompagner votre geste des mots : « Ça/il me rase ! » ou « C’est rasant ! ».

Le poing fermé devant le nez avec une légère rotation : « Il a trop bu, il est ivre ! ».

Il existe beaucoup d’autres gestes ! Nous en reparlerons les prochaines semaines.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: ,