Les Français et leurs vacances : durée et fréquence

Voici l’été et le temps des vacances ! Mais quand les Français les prennent-ils donc ? Durant longtemps, comme en Espagne, les entreprises fermaient au mois d’août : les employés se voyaient donc obligés de partir à cette époque. Mais les choses ont bien changé, même si certaines PME continuent de fermer durant une partie du mois d’août. Aujourd’hui, les Français, comme les Espagnols, prennent leurs vacances en juillet ou en août, et il est de plus en plus fréquent (surtout s’ils n’ont pas d’enfants) qu’ils partent en juin ou septembre pour bénéficier des tarifs préférentiels dans le secteur du tourisme.

La durée des vacances n’est plus non plus la même. Longtemps de quatre semaines, les séjours touristiques estivaux des Français sont aujourd’hui moins longs. Plus la durée légale des congés payés s’est allongée, plus ils ont fractionné leurs vacances de manière à bénéficier de périodes de congés deux voire trois fois dans l’année. En été, peu partent aujourd’hui un mois complet et la plupart prend deux ou trois semaines.

Pour notre part, bien que nous continuions à travailler durant le mois de juillet, les vacances de notre blog commencent dès aujourd’hui. Nous vous souhaitons à tous et à toutes un excellent été et espérons vous retrouver dès le début du mois de septembre !

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , , , ,

Les horaires de travail en France

Combien de fois les employés d’une filiale française en Espagne ont été surpris à l’heure d’appeler le siège en France ! A 18h, parfois avant, l’appel sonnait dans le vide : tout le monde était déjà parti ! Quoi ? Alors qu’en Espagne il est fréquent que les employés terminent le travail vers 20h, comment est-il possible que ces Français aient déjà plié bagages à 18h ?

C’est que les horaires de travail, en France, sont radicalement différents. Et si la loi sur les 35h a, en effet, réduit le temps de travail, elle n’a pas fondamentalement changé des choses par rapport aux 40h hebdomadaires d’avant : quand on a fait son temps, travail fini ou non, on s’arrête, et de toute façon, si on continue, on est alors automatiquement payé en heures supplémentaires. Grosse différence entre la France et l’Espagne !

Bien sûr, il faut nuancer. Alors que la journée typique d’un employé commence à 8h pour s’achever vers 17h (avec environ 1h de pause déjeuner), les cadres arrivent plutôt vers 9h et ne repartent souvent qu’à 20h (sans forcément être payés en « heures sup’ »).

Cette façon de concentrer son effort dans un laps de temps réduit est typiquement française. Pensez par exemple que la journée scolaire des enfants, qui bénéficient de deux semaines de congé tous les mois et demi, est longue et chargée. Comment faire, alors, pour être productifs dans ces conditions ? Les Français vous répondront avec fierté que leur taux de productivité est un des plus élevés au monde : c’est vrai, il faut forcément compenser !

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes:

Le droit à la déconnexion en France

On ne compte plus les salariés –essentiellement des cadres- qui consultent leurs mails professionnels le soir, le dimanche ou durant leurs vacances afin de ne pas être débordés à leur retour au travail. À partir du 1er janvier, la nouvelle loi travail votée l’année dernière oblige les entreprises de plus de 50 salariés à engager des négociations pour assurer le respect des temps de repos et de congé, ainsi que la vie personnelle et familiale du salarié. Le salarié a un nouveau droit, le droit à la déconnexion, c’est à dire le droit de ne pas répondre à ses courriels ou messages professionnels en dehors du temps de travail.

Droit à la déconnexionJusqu’à présent, il faut reconnaître que, en la matière, les chartes de bonnes pratiques mises en place par les grands groupes n’ont guère été efficaces. Mais fixer arbitrairement un arrêt des mails ne serait donc pas la solution. Le gouvernement a donc fait simplement voter un droit au salarié à la déconnexion. La loi ne prévoit aucune obligation d’accord, ni aucun délai pour négocier. L’absence de sanction qui en résulte a fait dire à certains que ce droit ne pourrait être que « virtuel ». Au mieux, l’entreprise pourra décider unilatéralement : le texte précise que, « à défaut d’accord, l’employeur définit ces modalités et les communique par tout moyen aux salariés de l’entreprise ». De toute façon, pour les entreprises de moins de 50 salariés, rien ne change. L’avenir dira donc si cette législation aura été suivie d’effets ou non !

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , ,

Les RTT non prises doivent-elles être indemnisées lors de la rupture du contrat de travail ?

En droit du travail français, il est important de ne pas confondre le régime gérant les congés payés et celui des jours de RTT : la Cour de cassation l’a rappelé dans un arrêt de mars 2015. Comme on le sait, en cas de rupture du contrat de travail, les congés payés non pris sont dus et doivent être indemnisés par l’employeur.

Rupture de contrat de travail Indemnisation RTTEn l’espèce, un salarié licencié réclamait l’indemnisation des RTT qu’il n’avait pas pu prendre avant la rupture de son contrat. Dans son arrêt, la Cour de cassation précise qu’« à défaut d’un accord collectif prévoyant une indemnisation, l’absence de prise des jours de repos au titre de la réduction du temps de travail n’ouvre droit à une indemnité que si cette situation est imputable à l’employeur ».

Dans les faits, l’employeur devra se reporter aux dispositions de la convention collective. Trois situations sont possibles : la convention collective prévoit une indemnisation ; la convention collective ne prévoit rien et la non prise des jours de RTT est imputable à l’employeur : celui-ci devra indemniser le salarié ; la convention ne prévoit rien et la non prise des jours n’est pas imputable à l’employeur, auquel cas le salarié ne percevra aucune indemnisation. En l’absence de disposition dans la convention collective, il revient donc au salarié de prouver qu’il a été empêché de prendre ses jours de RTT.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , , ,

Arriver à l’heure à ses rendez-vous en France

La situation géographique de la France en Europe a beaucoup de conséquences sur ses pratiques culturelles. À mi-distance entre l’Europe du Nord et les pays méditerranéens, les habitudes des Français tiennent souvent un peu des deux.

Le chapitre de la ponctualité n’y déroge pas. Bien que certains dictons semblent souligner leur obsession de la ponctualité : « Avant l’heure, ce n’est pas l’heure ; après l’heure, ce n’est plus l’heure », « La ponctualité est la politesse des rois », les Français ne brillent pas toujours par leur exactitude. Les réunions de travail ne commencent donc presque jamais à l’heure prévue, sans pour autant qu’on puisse se permettre un « véritable » retard, la conception du temps n’étant pas, en France, aussi extensible que dans les pays latins. Il s’agit donc de connaître exactement la marge communément admise et acceptée. Ce n’est pas facile.

Un bon exemple est celui de l’invitation à déjeuner. Imaginons que vous êtes invité chez un collègue, qui vous précise de venir vers 12h30 : à quelle heure arriverez-vous ? 12h30 ? Alors vous serez en avance et votre collègue risque de dire, avant de vous ouvrir la porte : « Pourquoi arrive-t-il si tôt ? » 13h ? Alors là vous êtes en retard et votre collègue se dit cette fois : « Mais qu’est-ce qu’il fait ? » L’heure idéale de votre arrivée se situe vers 12h45 : ni trop tôt, ni trop tard…

Il est tout de même des occasions où arriver pile à l’heure est recommandé : par exemple pour un entretien d’embauche ou une réunion commerciale (surtout si vous êtes vendeur).

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: ,

La légende de l’interdiction des courriels professionnels après 18 heures en France

En avril dernier, le quotidien Le Monde révélait que, selon The Guardian, une nouvelle loi française interdisait les courriels professionnels en dehors des heures de travail ! Cette nouvelle était totalement fausse !

« Les Français ont rendu le travail après 18 heures illégal. Après s’être rendu compte que leurs patrons parvenaient à envahir leur vie privée grâce aux smartphones à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, faisant exploser le nombre d’heures travaillées bien au-delà des trente-cinq heures introduites en 1999, les syndicats contre-attaquent. » L’article du Guardian était en fait une chronique de Lucy Mangan, qui n’avait pas fait d’enquête et reprenait, en le déformant, un article des Échos.

Siroter un verre de Sancerre« Pendant que nous voyons arriver de nouvelles heures supplémentaires ou nuits de boulot, de l’autre côté de la Manche ils sirotent du Sancerre et se préparent à profiter au moins de la seconde moitié d’un cinq à sept avant de rentrer chez eux savourer leur semaine de cent trente-trois heures… de vie personnelle. »

En réalité, il s’agissait d’un accord syndical de la branche des sociétés d’ingénierie et de conseil et des bureaux d’études. Les salariés concernés ne sont pas soumis aux durées légales maximales quotidiennes (dix heures) et hebdomadaires (trente-cinq heures) de temps de travail. Ils sont sous le régime du forfait jours, ces contrats appliqués aux salariés autonomes décomptant le temps de travail non en heures mais en jours. Au final, seuls 200 000 à 250 000 salariés (26 % de la branche) sont visés par cet accord !

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , ,

Les vacances d’été dans l’entreprise française

Voici l’été et le temps des vacances ! Mais quand les Français les prennent-ils donc ? Durant longtemps, comme en Espagne, les entreprises fermaient au mois d’août : les employés se voyaient donc obligés de partir à cette époque. Mais les choses ont bien changé, même si certaines PME continuent de fermer durant une partie du mois d’août.

Aujourd’hui, les Français, comme les Espagnols, prennent leurs vacances en juillet ou en août, et il est de plus en plus fréquent (surtout s’ils n’ont pas d’enfants) qu’ils partent en juin ou septembre pour bénéficier des tarifs préférentiels dans le secteur du tourisme.

La durée des vacances n’est plus non plus la même. Longtemps de quatre semaines, les séjours touristiques estivaux des Français sont aujourd’hui moins longs. Plus la durée légale des congés payés s’est allongée (aujourd’hui cinq semaines plus les RTT – voir notre précédent billet), plus ils ont fractionné leurs vacances de manière à bénéficier de périodes de congés deux voire trois fois dans l’année. En été, peu partent aujourd’hui un mois complet et la plupart prend deux ou trois semaines.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Pour notre part, bien que nous continuions à travailler durant le mois de juillet, les vacances de notre blog commencent dès aujourd’hui. Nous vous souhaitons à tous et à toutes un excellent été et espérons vous retrouver dès le début du mois de septembre !

Étiquettes: , ,

Au travail, pas de pause dans la matinée pour les Français !

En Espagne et plus précisément en Catalogne, la pause au travail en milieu de matinée est un rite partagé par tous et auquel il est difficile de déroger. Vers les dix heures et demie/onze heures, les bureaux se vident donc et les employés, le plus souvent par petits groupes de 3-4, rejoignent à tour de rôle le bar où ils ont leurs habitudes. Là, ils prennent un petit sandwich ou un croissant avec une boisson chaude (café, café au lait, etc.). Cette pause dure plus ou moins 20 minutes. C’est le second petit déjeuner de la journée: le premier, qui se réduit à une simple boisson chaude, est généralement pris à la maison.

En France, vous ne trouverez rien de semblable. Pour la même raison qu’ils terminent relativement tôt leur journée de travail (ils préfèrent concentrer leurs efforts sur un laps de temps plus court, voir notre précédent billet), les Français travaillent en principe d’une traite jusqu’au déjeuner. Il faut dire aussi que cela leur est plus facile : étant donné que leur repas aura lieu entre midi et 13h (et non vers 14h comme les Espagnols), ils risquent moins de crier famine en se passant d’un en-cas ! En général, les Français prennent donc un petit-déjeuner consistant à la maison, partent au travail, et attendent le déjeuner pour à nouveau se restaurer.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , ,

La semaine de 35h et les RTT en France

À la fin des années 90, la France a adopté une législation pour réduire le temps de travail hebdomadaire à 35h, ce qui a, à l’époque, provoqué une belle polémique dans tout le pays, les uns étant pour, les autres contre.

Certaines entreprises ont alors choisi de réduire la durée collective du temps de travail à 35h, d’autres ont maintenu leur horaire de travail antérieur. En compensation, ces entreprises ont choisi d’allouer aux salariés des jours de repos: les fameuses «RTT», c’est-à-dire «Récupération du temps de travail», qui sonnent souvent comme un charabia aux oreilles des étrangers.

Depuis, même si la loi a été modifiée, les Français bénéficient généralement de journées de congés supplémentaires, en principe une par mois (dans certaines entreprises ces RTT sont annualisées), qui s’ajoutent à leurs congés payés légaux. Devant la difficulté pour certains (surtout les cadres) à prendre ces journées, il est devenu courant de négocier leur rémunération en échange de leur abandon; cependant toutes les entreprises ne l’acceptent pas.

Beaucoup de Français choisissent de prendre leurs RTT le vendredi ou le lundi pour allonger leur week-end mais d’autres préfèrent en profiter en pleine semaine pour se «débarrasser» de commissions (visite chez le médecin, courses au supermarché, etc.) ou pour s’occuper de leurs enfants. Cette réduction d’horaire a donc eu d’importantes répercussions sur le quotidien des Français.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , ,

La ponctualité en France

La situation géographique de la France en Europe a beaucoup de conséquences sur ses pratiques culturelles. À mi-distance entre l’Europe du Nord et les pays méditerranéens, les habitudes des Français tiennent souvent un peu des deux.

Le chapitre de la ponctualité n’y déroge pas. Bien que certains dictons semblent souligner leur obsession de la ponctualité: «Avant l’heure, ce n’est pas l’heure ; après l’heure, ce n’est plus l’heure», «La ponctualité est la politesse des rois», les Français ne brillent pas toujours par leur exactitude. Les réunions de travail ne commencent donc presque jamais à l’heure prévue, sans pour autant qu’on puisse se permettre un «véritable» retard, la conception du temps n’étant pas, en France, aussi extensible que dans les pays latins. Il s’agit donc de connaître exactement la marge communément admise et acceptée. Ce n’est pas facile.

Un bon exemple est celui de l’invitation à déjeuner. Imaginons que vous êtes invité chez un collègue, qui vous précise de venir vers 12h30: à quelle heure arriverez-vous? 12h30? Alors vous serez en avance et votre collègue risque de dire, avant de vous ouvrir la porte: «Pourquoi arrive-t-il si tôt? » 13h? Alors là vous êtes en retard et votre collègue se dit cette fois: «Mais qu’est-ce qu’il fait? » L’heure idéale de votre arrivée se situe vers 12h45: ni trop tôt, ni trop tard…

Il est tout de même des occasions où arriver pile à l’heure est recommandé: par exemple pour un entretien d’embauche ou une réunion commerciale (surtout si vous êtes vendeur).

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , ,