L’utilisation d’Internet à titre personnel au travail

Dans quelle mesure le salarié peut-il utiliser Internet durant ses heures de travail ? La justice française juge au cas par cas. La Cour d’Appel de Rennes a considéré comme abusive des connexions internet à des fins personnelles représentant 20% du temps de travail du salarié. Le caractère abusif de l’usage d’internet ainsi prouvé, le salarié pourra alors être sanctionné (du simple avertissement au licenciement). De plus en plus d’entreprises adoptent d’ailleurs une charte de bonne conduite quant à l’usage d’Internet à des fins personnelles au travail ; celles-ci prévoient les sanctions encourues par le salarié.

Internet au travailDans tous les cas, les entreprises ne peuvent pas interdire purement et simplement l’usage d’Internet à titre personnel : la Cour d’Appel de Bordeaux a par exemple jugé dans un arrêt du 15 janvier 2013 que se connecter à Internet une heure par semaine à des fins personnelles ne constituait pas un usage abusif.

Le salarié ne peut pas non plus tout dire sur les réseaux sociaux : en droit français, le salarié doit respecter une obligation de loyauté vis-à-vis de son employeur, y compris en dehors de sa vie professionnelle. Ce principe limite donc sa liberté d’expression. Les juges font cependant montre de clémence et accordent des circonstances atténuantes à des salariés ayant exprimé sur les réseaux sociaux leur désaccord avec la stratégie ou la politique de leur employeur.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , ,

Le tourisme d’entreprise en France

En France, l’ouverture des usines, ateliers et autres lieux industriels au public se développe. Elle a même pris un nom très officiel, devenant pour les professionnels le « tourisme de découverte économique ». De nouveaux secteurs rejoignent l’activité : aux traditionnels entreprises d’agroalimentaire et de l’artisanat s’ajoutent de plus en plus des laboratoires, des entreprises scientifiques, des écomusées, tout ce qui touche au développement durable, tri de déchets et autres…

Les étrangers viennent de plus en plus. Dans plusieurs régions (PACA, Anjou, Bretagne…), les chambres de commerce et d’industrie soutiennent l’activité. Elles ont même organisé à Angers un « colloque européen de la visite d’entreprise ». L’idée est de se servir de la visite pour aider au développement des entreprises. Avec plusieurs objectifs en vue : l’image, les ventes, le recrutement. Souvent, la visite est venue se greffer sur des pratiques déjà existantes mais réservées aux fournisseurs et aux postulants dans l’entreprise.

Cela permet de faire des affaires. Les entreprises d’agroalimentaire intégrant à la fin de leur circuit de visite le passage par une boutique constatent des ventes non négligeables. Les chocolateries Roland Réauté, en Anjou, réalisent ainsi 10 % de leur chiffre d’affaires sur la visite.

Mais la définition de ce tourisme n’est pas encore très claire. Le secteur se cherche. Diverses expériences sont en tout cas en cours dans toute l’Europe : on peut citer l’exemple de l’Allemagne, qui ouvre la plupart des entreprises une fois par an, et celui de l’Irlande, où Guinness accueille chaque année un million de personnes.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , ,

L’aménagement des espaces de travail

L’influence anglo-saxonne en la matière est indéniable : de nombreuses entreprises organisent leurs bureaux en espaces ouverts (les fameux open spaces). Cela leur permet d’économiser des mètres carrés et prétend faciliter le travail en équipe et la réactivité. C’est parfois le contraire qui se passe : les échanges sont minimisés pour éviter de déranger. Cela peut être aussi générateur de stress pour les salariés. Le livre à succès L’open space m’a tuer, publié il y a 2 ans, est une critique acerbe et drôle de ce type d’aménagement de bureaux.

L’aménagement de l’espace de travail « à la française » a donc encore certainement de beaux jours devant lui. Peut-être encore plus qu’ailleurs, le Français est attaché à son endroit et certains ont même parlé de « logique patrimoniale ». En somme, de la même façon que le Français moyen aime posséder sa maison individuelle parfaitement délimitée par une barrière ou une haie, le Français aimerait avoir un bureau personnel lui donnant un minimum d’intimité, ce que ne permet précisément pas l’open space.

Mais en France, l’espace de travail est aussi par tradition un lieu d’échange social (socialisation rythmée par des rituels tels que la pause café, la pause déjeuner, etc.) ; l’espace personnel ne doit donc pas trop isoler chaque salarié : il faut trouver un compromis, ce qui n’est pas facile. Des entreprises choisissent par exemple de diviser leurs open spaces et d’alterner d’immenses tables en forme de ruban pouvant accueillir cinquante personnes, les « Lovebench », avec des espaces isolés, les « Lovebox ».

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes:

Que faire durant les pauses dans l’entreprise française ?

Vous connaissez la série télévisée Camera café, qui nous montre les conversations entre collègues devant la machine à café d’une grande entreprise ? Certainement. Eh bien ce n’est pas un hasard si cette série télé espagnole est une adaptation de Caméra café version française : aller à la machine à café est pour beaucoup d’employés et de cadres français un des premiers actes de la journée. Après avoir salué tout le monde (voir notre billet d’il y a un mois), on commence donc son travail par un peu de détente et de relations sociales !

De plus, nous n’avons pas en France l’habitude de sortir de l’entreprise, vers les 10/11h, pour prendre un café et un petit sandwich dans le bar d’à côté. Durant toute la journée, la machine à café reste donc pratiquement le seul point de rencontre pour tous les employés.

On discute de tout devant la machine à café : du temps, des nouvelles, des rumeurs… mais, parfois, entre responsables de service, il s’y prend aussi des décisions importantes (comme par exemple la mutation d’un employé dans un autre service ou la résolution d’un contentieux avec un client). Cette réunion informelle a donc tout son intérêt !

Au-delà de la caricature et du grotesque propre à la série, il peut être instructif de visionner les épisodes de la version française : vous verrez qu’ils diffèrent souvent de la version espagnole, tout simplement parce que les habitudes dans l’entreprise de l’un et l’autre pays ne sont pas les mêmes.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , ,