Les Français et leurs vacances : durée et fréquence

Voici l’été et le temps des vacances ! Mais quand les Français les prennent-ils donc ? Durant longtemps, comme en Espagne, les entreprises fermaient au mois d’août : les employés se voyaient donc obligés de partir à cette époque. Mais les choses ont bien changé, même si certaines PME continuent de fermer durant une partie du mois d’août. Aujourd’hui, les Français, comme les Espagnols, prennent leurs vacances en juillet ou en août, et il est de plus en plus fréquent (surtout s’ils n’ont pas d’enfants) qu’ils partent en juin ou septembre pour bénéficier des tarifs préférentiels dans le secteur du tourisme.

La durée des vacances n’est plus non plus la même. Longtemps de quatre semaines, les séjours touristiques estivaux des Français sont aujourd’hui moins longs. Plus la durée légale des congés payés s’est allongée, plus ils ont fractionné leurs vacances de manière à bénéficier de périodes de congés deux voire trois fois dans l’année. En été, peu partent aujourd’hui un mois complet et la plupart prend deux ou trois semaines.

Pour notre part, bien que nous continuions à travailler durant le mois de juillet, les vacances de notre blog commencent dès aujourd’hui. Nous vous souhaitons à tous et à toutes un excellent été et espérons vous retrouver dès le début du mois de septembre !

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , , , ,

La poignée de main du matin en France

Avant toute chose, à votre arrivée au travail, avant de vous installer à votre bureau, d’organiser votre journée, de lire vos méls, il est absolument impératif de saluer vos collègues. Rien de plus normal ! me direz-vous, on fait la même chose dans tous les pays. Oui et non.

la-poignee-de-mains-en-FranceCe salut matinal n’est d’abord pas seulement destiné à vos proches collaborateurs : il n’est pas rare de voir une personne passer de service en service pour serrer la main de chacun et prendre des nouvelles. Certains étrangers sont parfois très surpris du « temps perdu » à ces salutations quotidiennes.

Ensuite, ce salut se manifeste en France presque exclusivement par la poignée de main. N’allez pas saluer un collègue d’un signe de la main ou pire, sans faire même aucun geste, lancer un simple « Bonjour Bernard ! » : ce serait mal ressenti ou plutôt ressenti comme une marque de froideur et de distance. La poignée de main est tellement obligatoire qu’un Espagnol travaillant en France avait très justement remarqué que si vous êtes présentement occupé et les mains prises ou sales au moment où on vient vous saluer, vous devrez présenter un bout de coude ou d’avant bras. Votre interlocuteur saisira tout naturellement le morceau de bras que vous lui aurez tendu.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , , , ,

La voiture de fonction : un exemple d’avantage en nature en France

Il n’est pas rare qu’une entreprise fournisse à un salarié une voiture de fonction ; celle-ci est considérée, en droit fiscal, comme un avantage en nature. Il s’agit en effet d’un avantage (mise à disposition d’un bien, d’un service, voire avantage en espèces) destiné à couvrir une dépense personnelle, privée ou professionnelle, du salarié. Cette mise à disposition est soit gratuite, soit moyennant une participation du salarié inférieure à leur valeur réelle : en France, elle est donc assimilée à un complément de rémunération. À ce titre, cet avantage est soumis à cotisations sociales et à l’impôt sur le revenu.

On cumule toutes les dépenses de l’année (cotisations d’assurance, entretien, frais de carburant, intérêts de l’emprunt s’il y en a un ou un leasing, taxe sur les voitures de tourisme des sociétés, frais de carte grise pour la première année) puis on calcule l’avantage en nature en y appliquant un coefficient de kilométrage (ce qui suppose un relevé constant) : kilométrage privé/kilométrage total. Seuls les kilométrages privés seront des avantages en nature.

Le paiement des repas et d’un logement de fonction, ainsi que la mise à disposition d’outils de communication (téléphone mobile, ordinateur, accès internet, etc.) sont également considérés comme des avantages en nature.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , ,

Le code vestimentaire au travail

En France comme en Espagne, chacun s’habille bien évidemment comme il l’entend. Au travail, la jurisprudence (en 1998) a même consacré la liberté du salarié de se vêtir comme il l’entend. Pourtant les codes vestimentaires, qui correspondent à la culture de l’entreprise, restreignent parfois votre liberté. Le Code du travail prévoit que l’employeur peut, s’il le justifie d’une raison valable, refuser que vous travailliez dans la tenue de votre goût.

Les codes vestimentaires varient selon le secteur. Dans la publicité et les métiers de la culture, s’habiller à la mode est courant. Les informaticiens, professeurs et responsables administratifs des PME, par exemple, préfèrent des tenue décontractées : pull, chemise sans cravate, pantalon ou jean. Dans les métiers de la finance, des assurances, etc., on porte une tenue plus sévère : costume sombre, chemise bleue ou blanche, cravate, et tailleurs pour les femmes.

Le code vestimentaire varie également selon la fonction : plus elle est élevée dans la hiérarchie de l’entreprise, plus la tenue devient sévère et classique.

En général, code vestimentaire, distance hiérarchique et tutoiement (ou vouvoiement) sont liés : si la tenue est formelle, le vouvoiement sera de mise et la distance hiérarchique longue (on dit que la distance hiérarchique est longue quand les supérieurs sont difficilement accessibles et que les subordonnés prennent peu d’initiatives).

La difficulté, comme toujours en interculturel, est que les codes vestimentaires de l’entreprise sont souvent implicites !

Nos cours de français en entreprisesc’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: ,

Les moyens de transport pour aller au travail en France

Comment va-t-on au travail en France ? Cela dépend bien sûr de l’agglomération. En campagne ou dans les zones moins bien desservies par le transport public, les Français utilisent évidemment leur moyen de locomotion personnel, c’est à dire la voiture. L’usage de la moto tend à se développer mais reste minoritaire : le climat n’est pas toujours très clément en France, spécialement dans la moitié nord.

Mais, à chaque fois que c’est possible, les Français utilisent les moyens de transport public (train, bus, tramway), qui sont très performants et pour lesquels l’Etat et les collectivités locales investissent lourdement depuis des décennies (la qualité du réseau des transports publics est d’ailleurs régulièrement cité par les investisseurs étrangers pour motiver leur choix de s’implanter en France).

De plus la circulation des moyens de transport privé a sévèrement été limitée ces dernières années dans les zones urbaines (voir par exemple, à Paris, la réduction du nombre de couloirs et des zones de stationnement) et tout indique que cela ira en augmentant.

Un dispositif légal encourage, d’une manière peut-être plus convaincante encore, les Français à laisser leur voiture au garage : l’employeur est tenu de rembourser 50% du coût des titres d’abonnement de transport entre le domicile et le lieu de travail du salarié. Ce dispositif, à l’origine limité à la région Île-de-France, a été étendu à l’ensemble du territoire en 2009. Dans ces conditions, la carte Navigo pour une zone (abonnement aux transports parisiens) ne revient actuellement qu’à 28,30 € par mois.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !


Étiquettes: , ,