Avec les Français, sachez utiliser votre culture méditerranéenne !

Connaître et s’adapter aux us et coutumes de la culture de l’autre est primordial si on veut faciliter la communication et éviter de nombreux malentendus. On ne calcule plus le nombre de contrats n’ayant finalement pas été signés en raison d’une incompréhension interculturelle des deux parties –incompréhension liée souvent à« un point de détail »qui prend soudainement une importance démesurée.

Mais il ne s’agit pas d’oublier nos habitudes pour « singer » celles de l’autre ; il faut aussi savoir rester naturel et utiliser à bon escient les préjugés de l’autre sur de notre culture.

Question relations humaines, le Français a par exemple un a priori positif vis à vis des Méditerranéens. Il suffit qu’un Italien ou un Espagnol le tutoie ou lui touche le bras pendant la conversation pour qu’il s’étonne avec ravissement de leur chaleur humaine et qu’il pense : « Tout de même ! Ces Espagnols/Italiens, ce qu’ils sont sympathiques ! et comme tout est facile avec eux ! »(et il oubliera complètement qu’un compatriote ayant eu la même attitude l’aurait offusqué !).

N’ayez donc pas peur d’avoir recours à ces moyens pour mieux approcher votre interlocuteur et instaurer un climat de confiance lors d‘une négociation : feignez d’oublier que vous savez le vouvoiement obligatoire, faites comme dans votre langue, tutoyez-le ; ce qu’il n’acceptera jamais d’un compatriote sera accueilli avec enchantement si c’est vous. Il s’agit simplement de ne pas dépasser la limite de l’acceptable pour votre interlocuteur. Une écoute active et un peu d’intuition devraient vous permettre d’y parvenir.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , , , ,

Offrir du muguet le 1er mai

Parce qu’il sent bon, qu’il se compose de clochettes (les cloches ont toujours été reliées à la chance) et qu’il était relativement raredans les sous-bois, le muguet s’est progressivement imposé comme la végétation porte-bonheur.

A la fin du XIXème siècle, un mouvement de grève secoue Chicago venant d’ouvriers qui réclament les 8 heures de travail quotidien.  En mémoire de cette journée de revendication, la IIème internationale socialiste à Paris, qui s’était réunie en l’honneur du centenaire de la Révolution Française, fait du 1er mai un jour de lutte mondiale pour la journée de 8 heures. Cette journée va être consacrée aux revendications syndicales dans les pays industrialisés. En France, le président Vincent Auriol en fera un jour chômé en 1947.

Les ouvriers avaient pris l’habitude de mettre à leur boutonnière un triangle rouge rappelant la division du travail (8h de travail, 8h de sommeil et 8h de loisir) à l’occasion du 1er mai. Ce triangle a ensuite été remplacé par une fleur d’églantine rouge. La fortune du muguet étant liée au 1er mai, les ouvriers ont décidé en 1907 de s’en emparer. Désormais, ils porteraient le muguet à la boutonnière.

Le 1ermai, tout le monde a le droit de vendre des brins de muguet : il suffit pour cela d’être à 40 mètres d’un fleuriste.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , ,

Les grandes lignes de la réforme du Code du travail (2)

Une des mesures les plus importantes de la réforme du code du travail dernièrement entrée en vigueur est celle prévoyant la rupture conventionnelle collective (c’est-à-dire la « rupture d’un commun accord dans le cadre d’accords collectifs »). Ce dispositif permet de proposer des départs volontaires aux salariés sans que le motif soit d’ordre économique : elle peut être envisagée par toute société, quel que soit son effectif, en dehors de toutes difficultés économiques ou de menace sur la compétitivité.

Son objectif est de réaliser des suppressions d’emploi sans passer par le licenciement. Ni licenciement ni démission, elle constitue donc un mode de rupture du contrat de travail qui s’apparente à la rupture conventionnelle d’un CDI individuel (elles ne peuvent être imposées notamment ni par l’employeur ou ni par les salariés).

Le Comité social et économique doit être informé sur le projet envisagé, selon les modalités fixées par l’accord collectif. Celui-ci doit en particulier préciser le nombre de départs, les modalités pour le calcul des indemnités de départ ainsi que les conditions d’accès au plan de départ volontaire. Les indemnités de rupture ne peuvent pas être inférieures aux indemnités légales dues en cas de licenciement pour motif économique.

L’employeur doit ensuite transmettre l’accord collectif majoritaire à l’autorité administrative (directeur régional des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) pour validation.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , , ,

Les grandes lignes de la réforme du Code du travail en France (1)

Depuis le 1er janvier 2018, la réforme du Code du travail est entrée en vigueur. Voici les grandes lignes de cette réforme.

En cas de licenciement, le salarié dispose de quinze jours pour demander à son employeur d’en préciser le(s) motif(s), si cela n’a pas été fait avant. Le même délai est accordé au dirigeant pour y répondre. Après un licenciement économique, l’employeur doit accorder un délai de quinze jours au salarié licencié pour présenter sa candidature aux postes ouverts au reclassement. Enfin, le Code du travail prévoit six modèles de lettres types pour sécuriser les licenciements du côté de l’employeur ; celui-ci peut s’en saisir s’il le souhaite.

Un des principaux objectifs de la réforme est de faciliter la négociation en entreprise. Dans certains cas, l’accord d’entreprise primera désormais sur l’accord de branche. On distingue trois blocs :

– Bloc 1 : 13 sujets pour lesquels l’accord de branche fixe un socle minimum. L’accord d’entreprise doit être aussi favorable pour les modifier.

– Bloc 2 : 4 thématiques sur lesquelles la branche peut prévoir une clause interdisant les dérogations par accords d’entreprise.

– Bloc 3 : pour tous les autres sujets, l’accord d’entreprise peut déroger à l’accord de branche.

Le Comité social et économique (CSE), remplace le comité d’entreprise, les délégués du personnel et le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail ; il doit être consulté sur les orientations stratégiques, la situation économique et financière, la politique sociale de l’entreprise, ainsi que sur les conditions de travail et l’emploi.

Les entreprises dont les effectifs sont compris entre 11 et 49 salariés ont la possibilité de négocier directement avec les membres élus du CSE. Pour les PME de plus de 50 salariés, les entreprises peuvent saisir le CSE pour conclure un accord. À l’inverse, dans les TPE (moins de 11 salariés), l’employeur pourra négocier et consulter directement les salariés, la mise en place du CSE n’étant pas nécessaire.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , ,

Le piston : un bon moyen d’obtenir un avantage !

En France, comme partout dans le monde, il est possible d’entrer dans une entreprise par piston (expression familière). L’image est assez parlante : vous obtenez un poste grâce à un appui qui, comme le piston, vous soulève en quelque sorte pour mieux vous distinguer du lot des candidats. On vous dira alors que vous êtes pistonné (ce qui peut être péjoratif si vous n’êtes pas très compétent…).

« Tu ne vas pas me dire que ton beau-frère est entré dans l’entreprise où tu travailles uniquement grâce à ses compétences ? »

« Bien sûr que non ! Je l’ai pistonné. »

Moyen très efficace pour obtenir un poste de travail, le piston peut également être utile pour bénéficier de n’importe quel avantage.

« Où as-tu pu acheter ce champagne à un tel prix ? »

« J’ai un bon piston ! »

Aujourd’hui, on préfère souvent parler de « bouche à oreille », de « relationnel », de « recommandation » ou mieux de « réseau ». Il reste que la différence entre le « réseau » et le piston est parfois ténue !

Le piston peut revêtir une forme particulière : un employé qui obtient un avancement à l’intérieur d’une entreprise grâce à ses relations sentimentales avec son supérieur hiérarchique, cela s’appelle « la promotion canapé » !

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , ,

Retraite : le compte de pénibilité

En France, depuis le 1er janvier 2015, les salariés exposés à un ou plusieurs facteurs de pénibilité peuvent bénéficier d’un compte de pénibilité. À ce jour, la loi répertorie dix facteurs de pénibilité : le travail de nuit, le travail en équipes successives alternantes, le travail répétitif impliquant l’exécution de mouvements répétés, le travail en milieu hyperbare, la manutention manuelle de charges lourdes, les postures pénibles, les vibrations mécaniques, les agents chimiques dangereux, les températures extrêmes et le bruit. Selon la Dares (Enquête Sumer 2010), 18,2% des salariés pourraient être concernés par l’exposition à ces facteurs.

Ce compte permet aux salariés de cumuler des points qu’ils pourront ensuite utiliser pour suivre une formation en vue d’une évolution de carrière ou afin de réduire la durée de leur temps de travail.

Mais le principal avantage du compte pénibilité est de permettre aux salariés concernés de partir à la retraite plus tôt. Chaque année d’exposition à un facteur de pénibilité identifié donne droit à 4 points ; chaque année d’exposition à plusieurs facteurs donne droit à 8 points. À partir de 55 ans, les points peuvent être convertis, à la demande du salarié, en trimestres de retraite, à raison d’un trimestre pour 10 points et dans la limite de 8 trimestres. Il pourra donc partir jusqu’à 2 ans avant l’âge légal de 62 ans.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , ,

Les Français et leurs vacances : durée et fréquence

Voici l’été et le temps des vacances ! Mais quand les Français les prennent-ils donc ? Durant longtemps, comme en Espagne, les entreprises fermaient au mois d’août : les employés se voyaient donc obligés de partir à cette époque. Mais les choses ont bien changé, même si certaines PME continuent de fermer durant une partie du mois d’août. Aujourd’hui, les Français, comme les Espagnols, prennent leurs vacances en juillet ou en août, et il est de plus en plus fréquent (surtout s’ils n’ont pas d’enfants) qu’ils partent en juin ou septembre pour bénéficier des tarifs préférentiels dans le secteur du tourisme.

La durée des vacances n’est plus non plus la même. Longtemps de quatre semaines, les séjours touristiques estivaux des Français sont aujourd’hui moins longs. Plus la durée légale des congés payés s’est allongée, plus ils ont fractionné leurs vacances de manière à bénéficier de périodes de congés deux voire trois fois dans l’année. En été, peu partent aujourd’hui un mois complet et la plupart prend deux ou trois semaines.

Pour notre part, bien que nous continuions à travailler durant le mois de juillet, les vacances de notre blog commencent dès aujourd’hui. Nous vous souhaitons à tous et à toutes un excellent été et espérons vous retrouver dès le début du mois de septembre !

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , , , ,

Le langage des doigts et des mains en France (2)

Nous continuons à voir ensemble la signification de quelques gestes des Français.

Le bout des cinq doigts qui se rejoignent et orientés vers le haut : ce geste ponctue le discours et montre que ce que vous dites est très important.

En ouvrant la main, la paume vers l’interlocuteur, et en l’agitant légèrement de gauche à droite et de droite à gauche, vous refusez poliment la proposition de votre interlocuteur.

Pour signifier que quelqu’un est fou, on tape légèrement son index contre sa tempe (variante : l’index tourne contre la tempe).

Les deux mains jointes et les doigts emmêlés, les pouces tournant l’un autour de l’autre : vous dites que vous êtes inoccupé, oisif.

La main semble jeter quelque chose par dessus l’épaule. On refuse ainsi de rendre service, ou une proposition qui nous semble exagérée.

Le pouce et l’index forment un petit cercle, les quatre doigts sont ouverts. Ce geste exprime l’appréciation, en particulier pour un plat, une recette de cuisine.

Enfin, voici un geste très vulgaire : le bras est plié, poing fermé et l’autre main vient frapper vigoureusement l’avant bras pour s’y poser. C’est le geste du « bras d’honneur ». C’est l’équivalent du geste où le majeur est tendu (les autres doigts sont repliés) –appelé lui un « doigt d’honneur ». Vous ainsi exprimez votre hostilité ; c’est une insulte.

Vous pouvez complétez votre apprentissage de la gestualité française grâce à l’humoriste Gad Elmaleh (c’est en anglais) :

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , , ,

Le langage des doigts et des mains en France

On croit souvent que les gestes ont la même signification d’une culture à l’autre. Pourtant, tout le monde a en mémoire l’exemple des pays où on hoche la tête de bas en haut pour nier ou refuser, et de droite à gauche pour dire oui… Le langage non verbal est spécifique à chaque culture même si certaines d’entre elles peuvent partager certains gestes.

Voici quelques gestes employés en France.

Les doigts tendus vers l’interlocuteur, serrés les uns contre les autres et tapotant le pouce comme une pince qui s’ouvre et se referme, signifient « Tais-toi ! ». C’est un geste très familier et qui peut être très impoli voire agressif si vous le faites à une personne que vous connaissez peu.

En tendant votre index vers l’œil et en tirant un peu la peau vers le bas, vous dites à votre interlocuteur que vous ne le croyez pas. Vous pouvez accompagner votre geste par les mots : « Mon œil ! ». C’est aussi un geste familier.

En plaçant votre pouce près de l’oreille et l’auriculaire près de la bouche (les autres doigts sont repliés), vous dites « On se téléphone ! ».

Les doigts collés et repliés, qui frottent la joue du côté extérieur de la main, en soufflant légèrement : vous montrez que quelque chose ou quelqu’un vous ennuie. Vous pouvez accompagner votre geste des mots : « Ça/il me rase ! » ou « C’est rasant ! ».

Le poing fermé devant le nez avec une légère rotation : « Il a trop bu, il est ivre ! ».

Il existe beaucoup d’autres gestes ! Nous en reparlerons les prochaines semaines.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , ,

Les horaires de travail en France

Combien de fois les employés d’une filiale française en Espagne ont été surpris à l’heure d’appeler le siège en France ! A 18h, parfois avant, l’appel sonnait dans le vide : tout le monde était déjà parti ! Quoi ? Alors qu’en Espagne il est fréquent que les employés terminent le travail vers 20h, comment est-il possible que ces Français aient déjà plié bagages à 18h ?

C’est que les horaires de travail, en France, sont radicalement différents. Et si la loi sur les 35h a, en effet, réduit le temps de travail, elle n’a pas fondamentalement changé des choses par rapport aux 40h hebdomadaires d’avant : quand on a fait son temps, travail fini ou non, on s’arrête, et de toute façon, si on continue, on est alors automatiquement payé en heures supplémentaires. Grosse différence entre la France et l’Espagne !

Bien sûr, il faut nuancer. Alors que la journée typique d’un employé commence à 8h pour s’achever vers 17h (avec environ 1h de pause déjeuner), les cadres arrivent plutôt vers 9h et ne repartent souvent qu’à 20h (sans forcément être payés en « heures sup’ »).

Cette façon de concentrer son effort dans un laps de temps réduit est typiquement française. Pensez par exemple que la journée scolaire des enfants, qui bénéficient de deux semaines de congé tous les mois et demi, est longue et chargée. Comment faire, alors, pour être productifs dans ces conditions ? Les Français vous répondront avec fierté que leur taux de productivité est un des plus élevés au monde : c’est vrai, il faut forcément compenser !

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: