Voilangue

La poignée de main du matin en France

Avant toute chose, à votre arrivée au travail, avant de vous installer à votre bureau, d’organiser votre journée, de lire vos méls, il est absolument impératif de saluer vos collègues. Rien de plus normal ! me direz-vous, on fait la même chose dans tous les pays. Oui et non.

la-poignee-de-mains-en-FranceCe salut matinal n’est d’abord pas seulement destiné à vos proches collaborateurs : il n’est pas rare de voir une personne passer de service en service pour serrer la main de chacun et prendre des nouvelles. Certains étrangers sont parfois très surpris du « temps perdu » à ces salutations quotidiennes.

Ensuite, ce salut se manifeste en France presque exclusivement par la poignée de main. N’allez pas saluer un collègue d’un signe de la main ou pire, sans faire même aucun geste, lancer un simple « Bonjour Bernard ! » : ce serait mal ressenti ou plutôt ressenti comme une marque de froideur et de distance. La poignée de main est tellement obligatoire qu’un Espagnol travaillant en France avait très justement remarqué que si vous êtes présentement occupé et les mains prises ou sales au moment où on vient vous saluer, vous devrez présenter un bout de coude ou d’avant bras. Votre interlocuteur saisira tout naturellement le morceau de bras que vous lui aurez tendu.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , , , ,

Quand tutoyer en français ?

En France, l’usage du tutoiement et du vouvoiement a beaucoup évolué ces 20 dernières années. Autrefois, le tu était réservé à la famille et aux amis intimes L’expression « être à tu et à toi avec quelqu’un », qui signifie être intime, montre bien à quel point l’usage du tu était la marque même de la familiarité.

tutoiement-dans-lentreprise-francaiseSi certaines professions ou catégories sociales (les professeurs ou les ouvriers entre eux par exemple) ont toujours préféré le tutoiement, le reste de la population utilisait le vous. Employer le tu indûment vous exposait aussitôt à un cinglant « On n’a pas élevé les cochons ensemble ! »

On tutoie aujourd’hui plus facilement, y compris au sein de l’entreprise. Entre collègues, le tutoiement est de règle et ne pas s’y plier vous signalera comme quelqu’un pour le moins de distant sinon d’étrange. Reste cependant qu’en France l’usage du tu ne s’apparente pas à celui des hispanophones ou des catalanophones : dans toute situation de rapport hiérarchique (responsable d’un service/employé, fournisseur/client, personne âgée/jeune, etc.) le vouvoiement continue à s’utiliser. Cela ne signifie pas qu’il est impossible de passer au tu mais ce passage, comme c’est le cas depuis toujours, est ritualisé. La personne hiérarchiquement supérieure (responsable, fournisseur, personne âgée, etc.) pourra proposer à son interlocuteur: « On peut peut-être se tutoyer, non ? » Après acceptation (on peut difficilement faire autrement !), les deux personnes passeront définitivement au tutoiement.

Il sera intéressant de revenir sur l’usage du tu et du vous dans quelques années, car si le vouvoiement n’est pas encore en voie d’extinction son champ d’application tend indiscutablement à diminuer.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , , ,