Voilangue

L’utilisation d’Internet à titre personnel au travail

Dans quelle mesure le salarié peut-il utiliser Internet durant ses heures de travail ? La justice française juge au cas par cas. La Cour d’Appel de Rennes a considéré comme abusive des connexions internet à des fins personnelles représentant 20% du temps de travail du salarié. Le caractère abusif de l’usage d’internet ainsi prouvé, le salarié pourra alors être sanctionné (du simple avertissement au licenciement). De plus en plus d’entreprises adoptent d’ailleurs une charte de bonne conduite quant à l’usage d’Internet à des fins personnelles au travail ; celles-ci prévoient les sanctions encourues par le salarié.

Internet au travailDans tous les cas, les entreprises ne peuvent pas interdire purement et simplement l’usage d’Internet à titre personnel : la Cour d’Appel de Bordeaux a par exemple jugé dans un arrêt du 15 janvier 2013 que se connecter à Internet une heure par semaine à des fins personnelles ne constituait pas un usage abusif.

Le salarié ne peut pas non plus tout dire sur les réseaux sociaux : en droit français, le salarié doit respecter une obligation de loyauté vis-à-vis de son employeur, y compris en dehors de sa vie professionnelle. Ce principe limite donc sa liberté d’expression. Les juges font cependant montre de clémence et accordent des circonstances atténuantes à des salariés ayant exprimé sur les réseaux sociaux leur désaccord avec la stratégie ou la politique de leur employeur.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , ,

Expression de l’hypothèse : les erreurs à éviter

Erreur expression hypothèseTous la font : des enfants francophones jusqu’aux apprenants de français langue étrangère ; cette erreur est parfois fossilisée et elle peut être alors difficile à corriger aux niveaux intermédiaire et avancé. Comme on le sait, pour exprimer l’hypothèse sur le présent (présentement irréalisable) ou le passé (hypothèse irréelle dans le passé) avec la conjonction SI, la structure syntaxique est :

SI + Imparfait + Conditionnel

Et

Si + plus-que-parfait + Conditionnel passé

Il est important de remarquer que le mode conditionnel ne peut être employé directement après la conjonction : c’est précisément l’erreur récurrente de bon nombre de locuteurs débutants en français :

Si *j’aurais su*, je ne serais pas venu.

Si j’avais su, je ne serais pas venu.

La deuxième erreur, typique des hispanophones/catalanophones, est d’utiliser, comme dans leur langue maternelle, le subjonctif en lieu et place de l’imparfait ou du plus-que-parfait :

Si tu *prennes* l’autobus maintenant, tu aurais le temps d’y être à l’heure.

Si tu prenais l’autobus maintenant, tu aurais le temps d’y être à l’heure.

Tous ces rappels ne doivent pas vous faire oublier qu’il est presque toujours possible de changer l’ordre de la condition et de la conséquence dans la phrase hypothétique. Vous pourrez donc dire :

Je ne serais pas venu si j’avais su.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , ,