Cours de français en entreprises 2013-14 : bilan et projets

Une nouvelle année se termine pour VOILÀ ; comme d’habitude, si nos cours de français continuent encore pendant tout le mois de juillet, le blog part en vacances à la Saint Jean !

Nous remercions Altamira, Quimidroga, Bundó Display, Pau Education, Masvisión, RC2 Grup, La Presidència de la Generalitat de Catalunya, le Servei d’Ocupació de Catalunya, Roquette Laisa, la clínica Eugin, Soldata y Simon de nous avoir fait une nouvelle fois confiance : nous collaborons avec certains depuis déjà longtemps et c’est sans doute notre meilleure récompense !

Cette année, nous avons mis en place la plateforme Edmodo, qui permet à nos professeurs et nos étudiants de pouvoir échanger, collaborer et accéder aux ressources en dehors des heures de classes. Le retour que nous en avons est très positif.

L’année prochaine s’annonce riche en changements ! Nous changerons de siège social pour déménager au numéro 100 de la rue Melcior de Palau. Ce nouvel espace, plus grand et bien équipé, nous permettra donc de proposer des cours de français in situ. Nous espérons pouvoir vous en dire plus très prochainement !

Nous vous souhaitons à toutes et à tous un excellent été et vous disons : à septembre prochain ! –en français, bien sûr 🙂

Étiquettes: ,

La légende de l’interdiction des courriels professionnels après 18 heures en France

En avril dernier, le quotidien Le Monde révélait que, selon The Guardian, une nouvelle loi française interdisait les courriels professionnels en dehors des heures de travail ! Cette nouvelle était totalement fausse !

« Les Français ont rendu le travail après 18 heures illégal. Après s’être rendu compte que leurs patrons parvenaient à envahir leur vie privée grâce aux smartphones à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, faisant exploser le nombre d’heures travaillées bien au-delà des trente-cinq heures introduites en 1999, les syndicats contre-attaquent. » L’article du Guardian était en fait une chronique de Lucy Mangan, qui n’avait pas fait d’enquête et reprenait, en le déformant, un article des Échos.

Siroter un verre de Sancerre« Pendant que nous voyons arriver de nouvelles heures supplémentaires ou nuits de boulot, de l’autre côté de la Manche ils sirotent du Sancerre et se préparent à profiter au moins de la seconde moitié d’un cinq à sept avant de rentrer chez eux savourer leur semaine de cent trente-trois heures… de vie personnelle. »

En réalité, il s’agissait d’un accord syndical de la branche des sociétés d’ingénierie et de conseil et des bureaux d’études. Les salariés concernés ne sont pas soumis aux durées légales maximales quotidiennes (dix heures) et hebdomadaires (trente-cinq heures) de temps de travail. Ils sont sous le régime du forfait jours, ces contrats appliqués aux salariés autonomes décomptant le temps de travail non en heures mais en jours. Au final, seuls 200 000 à 250 000 salariés (26 % de la branche) sont visés par cet accord !

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , ,