Voilangue

S’expatrier au Québec

La « Belle Province » offre de belles opportunités de travail pour les jeunes catalans. Le gouvernement québécois cherche d’ailleurs à les attirer en multipliant les réunions d’information au Bureau du Québec. La visite, en février 2012, de la Ministre québécoise de l’Immigration est d’ailleurs significative : elle a signé un accord avec le Ministre catalan du Travail afin de promouvoir l’émigration catalane vers la province canadienne.

Le Canada a besoin de 200 000 nouveaux immigrés par an. Pourquoi un tel chiffre, qui semble presque démesuré ? Les statistiques nous apprennent que si de nombreux étrangers entrent sur le territoire canadien chaque année, nombreux sont ceux aussi qui en partent. Le motif ? Très souvent le climat, qui est très (trop) dur pour beaucoup. Quoi qu’il en soit, partir 2 ou 3 ans au Québec sera toujours une expérience enrichissante.

Depuis de nombreuses années, le Canada a mis en place une politique d’immigration choisie. Les services du Ministère de l’Immigration québécois recensent chaque année les postes de travail à couvrir. Quand vos remplirez votre dossier de demande d’immigration, des points vous seront attribués en fonction de votre âge, vos qualifications, etc. Vous pouvez d’ailleurs évaluer vos chances de sélection grâce à une évaluation préliminaire en ligne sur le site du bureau du Québec. Le Québec défendant farouchement sa francophonie, si vous parlez français, nul doute que ce sera un gros plus pour votre sélection !

Enfin, si vous partez au Québec, n’oubliez pas que la langue, et notamment les salutations, peut être très différente du français standart !

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes:

Conséquence de la disparition du e caduc en français

Aujourd’hui, un sujet un peu technique et donc un peu délicat ! On distingue en phonétique deux types de consonnes : les sonores, qu’on produit en utilisant les cordes vocales, et les sourdes, pour lesquelles nous n’utilisons pas les cordes vocales. En général, à chaque consonne sourde correspond une version sonore et inversement.

Consonne sonore

Consonne sourde

B (Banane)

D (Danemark)

V (Vous)

Z (Zanzibar)

J (Janvier)

G (Galapagos)

P (Patate)

T (Toronto)

F (France)

S (Suisse)

CH (Chanter)

K (Cameroun)

En français, il est fréquent que disparaisse à l’oral le e caduc (sauf dans le sud de la France) ; cette disparition met alors en contact deux consonnes.

Ex. : « Je peux » est prononcé « j’peux » ; « je veux » : « j’veux »

Mais, il est impossible de prononcer une consonne sonore suivie d’une consonne sourde ou une consonne sourde suivie d’une consonne sonore : deux consonnes de nature différente ne peuvent pas être prononcées à la suite. Il est donc nécessaire de modifier la nature d’une des deux consonnes : en français, c’est généralement la deuxième qui influence la première et qui lui donne sa nature.

– Dans « j’peux », « j » est sonore et « p » est sourd ; il faut donc faire une modification. Le « p » va donner sa nature au « j », c’est à dire que nous devons prononcer la version sourde de « j », qui est « ch ». Phonétiquement, « j’peux » sera donc « chpeux ».

– Dans « j’veux », « j » est sonore et « v » l’est aussi. Il n’y a donc aucun problème, les deux consonnes peuvent se prononcer à la suite sans aucune modification.

 

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Et Bonne Année à tous et à toutes !

Étiquettes: , , ,