Petit cours pour écrire des mails en français

Beaucoup d’étudiants en français langue étrangère veulent avant tout pouvoir s’exprimer oralement. Beaucoup ont aussi besoin d’écrire de courts mails assez simples. C’est généralement une tache qui fait un peu peur car elle est délicate. Très proche de l’oral, ce type d’écriture (appelée « écriture numérique ») ne correspond pas simplement à l’adoption d’un style oral : elle constitue en quelque sorte un « entre-deux » entre écrit et oral. Un mail trop « oralisé » serait trop familier, un mail trop « écrit » serait ridicule.

Aussi est-il nécessaire de connaître les principales caractéristiques de ces écrits numériques :

  1. l’usage prédominant du présent : c’est donc un temps verbal que vous devez maîtriser. Pas de chance, comme pour toutes les langues latines, en français, le présent est le temps verbal le plus compliqué !
  2. la fréquence plus importante qu’à l’oral et qu’à l’écrit de pronoms de première personne. Vous pouvez donc consacrer votre effort de mémorisation, si le temps vous manque, sur la morphologie verbale de « Je » et « Nous ».
  3. l’importance de l’utilisation des verbes modaux, c’est à dire pouvoir, vouloir, devoir.
  4. les procédés de simplification d’écriture comme les abréviations.
  5. l’écriture phonétique (cette écriture est cependant très familière, et vous devez vous assurer que vos relations avec votre correspondant vous la permettent)

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , ,

Code vestimentaire et chemisette

En France, pour les hommes, le code vestimentaire est des plus classiques dans le monde professionnel. Costume, option cravate, et chemise. Chemise à manches longues, même lorsque la belle saison arrive ? C’est toute la question, si on en croit un récent article du Monde. Selon cet article, si la chemisette semble être le plus banals des vêtements, elle est pourtant une marque de mauvais goût. L’auteur rappelle d’abord qu’elle n’a jamais été une pièce de travail et qu’elle n’est apparue que dans les années 1920, lorsque « l’uniforme masculin classique se retrouvait pour la première fois sujet à contestation ».

Pourquoi donc de « mauvais goût » ? L’auteur explique que « l’amateur de chemisette au travail a de grandes chances de dévoiler son aisselle velue à la première présentation Power Point venue ». On peut penser que c’est somme toute léger comme argument… Quoi qu’il en soit, pour lui, même une cravate ne peut arranger la chose : le mauvais goût y serait alors à son comble. Que faire en période estivale ? Eh bien porter une chemise à manches longues et remonter celles-ci !

Moralité : « La chemisette est à bannir dans un contexte professionnel ». Soyons pourtant réalistes : en France, la chemisette, même moins portée que dans les pays méditerranéens (où certaines personnes les portent y compris pendant l’hiver), a de nombreux adeptes en été.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: ,