L’aménagement des espaces de travail

L’influence anglo-saxonne en la matière est indéniable : de nombreuses entreprises organisent leurs bureaux en espaces ouverts (les fameux open spaces). Cela leur permet d’économiser des mètres carrés et prétend faciliter le travail en équipe et la réactivité. C’est parfois le contraire qui se passe : les échanges sont minimisés pour éviter de déranger. Cela peut être aussi générateur de stress pour les salariés. Le livre à succès L’open space m’a tuer, publié il y a 2 ans, est une critique acerbe et drôle de ce type d’aménagement de bureaux.

L’aménagement de l’espace de travail « à la française » a donc encore certainement de beaux jours devant lui. Peut-être encore plus qu’ailleurs, le Français est attaché à son endroit et certains ont même parlé de « logique patrimoniale ». En somme, de la même façon que le Français moyen aime posséder sa maison individuelle parfaitement délimitée par une barrière ou une haie, le Français aimerait avoir un bureau personnel lui donnant un minimum d’intimité, ce que ne permet précisément pas l’open space.

Mais en France, l’espace de travail est aussi par tradition un lieu d’échange social (socialisation rythmée par des rituels tels que la pause café, la pause déjeuner, etc.) ; l’espace personnel ne doit donc pas trop isoler chaque salarié : il faut trouver un compromis, ce qui n’est pas facile. Des entreprises choisissent par exemple de diviser leurs open spaces et d’alterner d’immenses tables en forme de ruban pouvant accueillir cinquante personnes, les « Lovebench », avec des espaces isolés, les « Lovebox ».

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Étiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.