L’expression de l’opposition grâce à “pourtant”

De nombreux hispanophones et de catalanophones se trompent régulièrement sur l’usage de pourtant en français. Il est vrai que les langues semblent parfois prendre un malin plaisir à nous piéger.

Pourtant est un faux ami : ce n’est ni por lo tanto en espagnol, ni per tant en catalan, même s’il semble être leur traduction littérale. De fait, à l’origine, elle l’était : le sens ancien de pourtant est : pour cela, pour cette raison. Aujourd’hui, cette signification est tout à fait inusitée.

La confusion est d’autant plus regrettable que ces trois expressions sont toutes des connecteurs logiques dans leur langue. Mais por lo tanto et per tant continuent à introduire une conséquence alors que pourtant est devenu un connecteur logique d’opposition ; c’est un synonyme de malgré cela et néanmoins :

– Cette plante ne pousse pas ; pourtant je l’arrose.

Pourtant est très souvent associé à l’oral à et :

– Cette plante ne pousse pas, et pourtant je l’arrose.

L’expression et pourtant peut même s’employer seule, sous forme exclamative :

– Qu’est-ce qu’elle a ta plante ? Elle semble toute sèche.

Et pourtant ! Je l’arrose tous les jours !

Ici, entre « Et pourtant ! » et « Je l’arrose tous les jours ! », le locuteur fera naturellement une pause plus ou moins marquée selon le degré de surprise et d’incompréhension qu’il voudra souligner.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , , ,

Les cadeaux dans l’entreprise française

Dans pratiquement toutes les entreprises, du moins à partir du moment où il y a un Comité d’Entreprise (CE), les parents reçoivent des cadeaux pour leurs enfants à l’occasion de Noël ; la taille et la valeur des cadeaux varient bien sûr en fonction du budget du CE ! Lorsqu’il n’y a pas de CE, c’est le patron qui peut directement offrir des cadeaux à ses salariés. En revanche, n’espérez pas de panier garnis rempli de bouteilles, de charcuteries et de douceurs : cette tradition n’existe pas en France (voir notre billet précédent).

Ces cadeaux sont en principe soumis à cotisations sociales mais il existe un plafond : en 2010, ils en sont exemptés lorsqu’ils ne dépassent pas le plafond de 144 euros par salarié pour une année civile ; le plafond est majoré de144 euros par enfant bénéficiaire jusqu’à 16 ans révolus.

De plus, pour bénéficier de cette exemption, le cadeau doit être lié à l’un des événements suivants :

  • la naissance
  • le mariage
  • la retraite
  • la fête des mères et des pères
  • la Sainte Catherine et la Saint Nicolas
  • Noël
  • la rentrée scolaire pour les salariés ayant des enfants

On peut recevoir d’autres cadeaux mais ceux-ci sont laissés à l’initiative des collègues. À une naissance, une enveloppe circule généralement dans les différents services et chacun y dépose ce qu’il veut. La somme permettra d’offrir un présent en rapport avec l’événement (une poussette, un chauffe-biberon, etc.) Un mariage ou le départ de l’entreprise (en retraite ou non) sont aussi l’occasion d’offrir un cadeau.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Bonne année à tous !

Étiquettes: , , ,