Le piston dans l’entreprise en France

En France, comme partout dans le monde, il est possible d’entrer dans une entreprise par piston. L’image est assez parlante : vous obtenez un poste grâce à un appui qui, comme le piston, vous soulève en quelque sorte pour mieux vous distinguer du lot des candidats. Mais parler de piston est péjoratif : on en parle uniquement quand une personne n’est pas bonne dans son travail, que c’est notoirement connu mais qu’elle reste en place. Aujourd’hui, pistonner consiste d’ailleurs à donner indûment des avantages à une personne.

On entre toujours mieux dans une entreprise si on connaît quelqu’un qui y travaille et qui vous recommande. C’est tellement vrai que deux tiers des cadres trouvent un poste par ce biais. Selon une étude récente de Monster, plus de la moitié des salariés français interrogés (57%) considèrent que c’est le moyen le plus efficace pour trouver un travail. Mais on préfère parler dans ce cas de « bouche à oreille », de « relationnel » ou mieux, aujourd’hui, de « réseau». Il reste que la différence entre le « relationnel » et le piston est parfois ténue !

Le piston peut revêtir une forme particulière : un employé qui obtient un avancement à l’intérieur d’une entreprise grâce à ses relations sentimentales avec son supérieur hiérarchique, cela s’appelle « la promotion canapé » !

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Étiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.