Connecteurs : l’opposition grâce à « mais » et « quand même »

Pour exprimer l’opposition, le français possède de nombreux connecteurs mais beaucoup d’entre eux sont plus utilisés à l’écrit, comme cependant, en dépit de, toutefois… A l’oral, vous pouvez user et abuser du mais en l’associant à quand même. Très peu d’étudiants savent à quel point les Français ont recours à ces deux locutions.

Vous pouvez les employer séparément :

– Je lui ai dit que c’était dangereux mais il est parti.
– Je lui ai dit que c’était dangereux : il est quand même parti.

Elles sont souvent associées à l’oral :

– Je lui ai dit que c’était dangereux mais il est quand même parti. (ou : il est parti quand même)

Dans ce cas, quand même vient renforcer le mais et emphatise l’opposition ; un peu comme, à l’oral, on fait des reprises non nécessaires : Paul, il est parti avec sa voisine, ou : Le livre, tu me le rends demain, d’accord ?

Pour bien utiliser quand même, vous devez le placer après le verbe :

– *Il n’a pas le permis, quand même il conduit* n’est pas possible.
– Il n’a pas le permis (mais) il conduit quand même.

Quand même est également utilisé pour montrer son mécontentement. Imaginez qu’on vous pousse un peu trop brutalement dans une queue ; vous vous retournez et dites en fronçant les sourcils à la personne derrière vous : « Quand même ! »

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , ,

Cours de formation continue dans les entreprises françaises et espagnoles

En France comme en Espagne, la formation continue à l’initiative de l’employeur est évidemment un sujet capital tant pour les entreprises que pour les salariés. Il existe cependant des différences notables entre les deux pays, aussi bien du point de vue de leur organisation et que celui de leur prise en charge.

Dans les entreprises espagnoles, la formation continue (comme par exemple des cours de français !) se fait souvent en dehors des heures de travail. Il est ainsi courant que la classe de langue ait lieu tôt le matin ou durant la pause déjeuner, qui est en principe assez longue. Ces formations sont généralement payées par l’entreprise (certaines sociétés préfèrent cependant n’en payer qu’une partie et laissent l’employé apporter le complément, non pas forcément pour faire des économies mais pour s’assurer de la motivation de l’employé). L’entreprise récupère ensuite les sommes investies à travers la Fundación tripartita.

En France, ces formations professionnelles continues ont toujours lieu sur le temps de travail ; d’ailleurs, toute action de formation dans ce cadre constitue légalement du temps de travail effectif. De toute façon, il est fort à parier que des cours proposés en dehors des heures de travail (matin ou pause déjeuner) seront absolument désertés ! Les formations continues à l’initiative de l’employeur sont cofinancées par des cotisations patronales, une participation de l’État et des collectivités locales.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , ,