Place de l’adjectif en français

Vous avez sûrement appris durant vos classes de français que la place naturelle de l’adjectif (comme de l’adverbe) est après le substantif.

C’est une proposition intéressante.

Découpez la forme rectangulaire.

Il existe cependant des adjectifs qui doivent être placés avant le nom ; ce sont toujours des mots courts, d’une ou deux syllabes. Grand, gros, petit, beau, joli, brave, autre, nouveau, bon, vieux, jeune, même, mauvais… seront par exemple placés à gauche du substantif.

Une grande maison et non une maison grande

Un bon livre et non un livre bon

Mais les choses se compliquent encore car certains adjectifs peuvent se placer soit à gauche, soit à droite du nom. Évidemment, vous n’êtes pas libre de choisir : dans le premier cas, la caractérisation est de nature subjective, c’est un jugement de valeur ; dans le second, l’adjectif est purement descriptif.

Mon ancienne voiture était une Peugeot.

signifie que ma précédente voiture était une Peugeot ; par contre,

Ce n’était pas une voiture ancienne.

signifie qu’elle n’était pas très vieille. Victor Hugo joue sur cette double signification lorsqu’il écrit

Charlemagne était un de ces très rares grands hommes qui sont aussi des hommes grands.

Il signifie ainsi que, selon lui, Charlemagne était non seulement un personnage illustre mais aussi grand de taille.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Bonnes fêtes à tous !

Étiquettes: , , ,

Le connecteur logique « d’autant… que »

Les étudiants en français langue étrangère ont traditionnellement des difficultés à utiliser (voire comprendre) la conjonction « d’autant… que ». La raison principale est qu’il n’en existe pas de traduction dans leur langue maternelle. Et pourtant, elle est très commune en français, tant à l’oral qu’à l’écrit, car c’est aussi un procédé de rhétorique. En effet, elle permet d’ajouter une autre cause à une cause première qui peut être exprimée ou sous-entendue (cas d’ailleurs très fréquent) ; on peut donc, grâce à elle, renforcer un argument.

Elle n’est jamais en tête de phrase et se place à l’intérieur de la phrase. Elle est souvent associée à des termes comparatifs :

  • d’autant plus/moins + adjectif + que
  • d’autant plus/moins de + nom + que
  • d’autant (plus/moins) que + proposition

Voici quelques exemples pour comprendre l’utilisation de cette conjonction.

Le candidat élu était d’autant plus heureux qu’il pensait ne pas pouvoir gagner.

Cause première à son bonheur (non exprimée, mais implicite) : son élection ; cause seconde : c’est une surprise pour lui, il pensait perdre.

Durant l’épreuve, le cycliste avait d’autant moins de force qu’il s’était mal alimenté la veille.

Cause première à sa fatigue (non exprimée, mais implicite) : son effort physique durant la course ; cause seconde : sa mauvaise alimentation.

Je ne vous en veux pas du tout, d’autant (plus) que personne n’est à l’abri d’une erreur.

Cause première (non exprimée, même implicitement) : je ne suis pas rancunier par nature ; cause seconde : je sais que tout le monde peut faire des erreurs. Dans ce dernier exemple, le mot « plus » est facultatif et ne sera ici d’ailleurs généralement pas exprimé.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , , ,

Retraite : le compte de pénibilité

En France, depuis le 1er janvier 2015, les salariés exposés à un ou plusieurs facteurs de pénibilité peuvent bénéficier d’un compte de pénibilité. À ce jour, la loi répertorie dix facteurs de pénibilité : le travail de nuit, le travail en équipes successives alternantes, le travail répétitif impliquant l’exécution de mouvements répétés, le travail en milieu hyperbare, la manutention manuelle de charges lourdes, les postures pénibles, les vibrations mécaniques, les agents chimiques dangereux, les températures extrêmes et le bruit. Selon la Dares (Enquête Sumer 2010), 18,2% des salariés pourraient être concernés par l’exposition à ces facteurs.

Ce compte permet aux salariés de cumuler des points qu’ils pourront ensuite utiliser pour suivre une formation en vue d’une évolution de carrière ou afin de réduire la durée de leur temps de travail.

Mais le principal avantage du compte pénibilité est de permettre aux salariés concernés de partir à la retraite plus tôt. Chaque année d’exposition à un facteur de pénibilité identifié donne droit à 4 points ; chaque année d’exposition à plusieurs facteurs donne droit à 8 points. À partir de 55 ans, les points peuvent être convertis, à la demande du salarié, en trimestres de retraite, à raison d’un trimestre pour 10 points et dans la limite de 8 trimestres. Il pourra donc partir jusqu’à 2 ans avant l’âge légal de 62 ans.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , ,

Les principales erreurs lexicales des hispanophones / des catalanophones en français (4)

 

Comme nous l’avons déjà vu dans de précédents articles, les hispanophones et les catalanophones répètent souvent les mêmes erreurs lexicales qui sont parfois faciles à éviter.

 

  1. La confusion entre « compétence » et « concurrence »

Dans le milieu professionnel, la compétence est l’aptitude à faire une tâche ou un travail.

Tout le monde sait que Patrick est un incompétent.

La concurrence est l’ensemble des entreprises qui se disputent la même clientèle.

Notre compétence pratique des prix plus bas que nous.

Nos concurrents pratiquent des prix plus bas que nous.

Cette société a été condamnée pour concurrence déloyale

  1. La confusion entre « invertir », « inverser » et « investir »

Invertir signifie renverser symétriquement ; c’est un synonyme de « inverser ».

S’il te plaît, n’inverse pas les rôles !

Grâce à cette machine, nous invertissons le sens d’un courant électrique.

Investir consiste à placer des capitaux dans une affaire, dans le but de gagner de l’argent.

L’entreprise a choisi de ne pas investir dans le renouvellement des équipements.

Attention aussi aux substantifs dérivés de ces verbes ! Invertir et inverser ont donné inversion, investir a donné investissement (et non l’inverse !).

  1. La nominalisation incorrecte du verbe financer

L’intuition d’un hispanophone et d’un catalanophone l’entraîne toujours à penser que le substantif tiré de financer est *financiation*. Malheureusement, ce mot n’existe pas, en français ! Vous devrez utiliser le mot financement.

Ce projet a bénéficié d’un financement sur ressources propres.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , , ,

É, È, Ê, À, Â, Ù et Û : les accents en français

L’erreur habituelle des hispanophones et des catalanophones est de croire que les accents français correspondent, comme dans leur langue natale, à des accents toniques : rien de plus faux !

L’accent tonique français est, comme nous l’avions vu il y a quelque temps (voir notre précédent article sur l’accent tonique français), toujours situé à la fin du groupe rythmique. Nous disons bien toujours car cette règle ne souffre aucune exception. En français, il est donc inutile de signaler la syllabe tonique par un quelconque accent.

Pourquoi donc écrire é, è et ê ? Tout simplement pour noter différents sons -différents phonèmes devrait-on dire. Le français est une des langues du monde qui comptent le plus de phonèmes vocaliques, seize pour être précis. Rappelons que les systèmes les plus fréquents utilisent 5 voyelles. L’alphabet latin étant limité, il a donc fallu inventer de nouvelles graphies pour noter certains phonèmes vocaliques.

 

La graphie e est prononcée en principe [ə] : le

le é est lui prononcé [e] : été

le è et le ê [ɛ] : père, fête.

 

Durant la deuxième moitié du XXème siècle, le [ɑ] postérieur, noté â, a pratiquement disparu au profit du [ä] antérieur (en France, les personnes âgées continuent souvent à faire la distinction). Le a de date et pâte est donc actuellement prononcé de la même façon.

Enfin, certains accents, u/ù/û et a/à, permettent d’éviter une ambiguïté entre des homographes : par exemple ou/où, sur/sûr et il a 2 chats/à midi.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , , , ,

Molière à l’origine de nombreuses expressions du français courant

Il suffit d’y réfléchir quelques instants pour s’apercevoir que de nombreux mots de Molière sont passés dans la langue courante et cela sans que beaucoup de Français ne le sachent eux-mêmes.

« Couvrez ce sein que je ne saurais voir » est devenu une expression, elle est tirée de Tartuffe. Avec cette phrase, Molière voulait se moquer des hypocrites, qui font semblant de s’offusquer d’un sein découvert. Mais l’expression souligne aujourd’hui l’excessive pruderie (la pudibonderie) d’une personne.

Un Maître Jacques est une personne qui a plusieurs emplois au sein d’une même organisation. Ce terme renvoie à la pièce de Molière, L’Avare. Dans la pièce, le personnage de Maître Jacques occupe le poste d’homme à tout faire d’Harpagon, lui servant notamment de cocher et de cuisinier. Un des synonymes de Maitre Jacques est factotum.

« Voilà pourquoi votre fille est muette » vient d’une réplique de Sganarelle dans Le médecin malgré lui (mais la citation exacte est : « Voilà justement ce qui fait que votre fille est muette »). Elle ponctue un long raisonnement incompréhensible et faux, qui emploie un charabia visant à se faire passer pour une expertise. Si vous ne comprenez pas l’explication de votre interlocuteur parce qu’il a, volontairement ou non, utilisé des termes abscons, vous pouvez donc ponctuer ironiquement son discours d’un « Voilà pourquoi votre fille est muette ! »

Il y en a beaucoup d’autres, nous les verrons dans de prochains articles. On comprend mieux pourquoi on dit, par périphrase, que le français est « la langue de Molière » !

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , ,

Début d’année pour nos cours en entreprises

Après une pause estivale d’un mois, tous nos cours en entreprises ont désormais repris. Roquette Laisa, Quimidroga, le Servei d’Ocupació de Catalunya, la Présidence de la Generalitat, Bundó Display, Soldata, Boj Reciclatge, Leroy Merlin et Synergie nous font de nouveau confiance pour assurer la formation en français de leurs collaborateurs. Nous sommes très heureux de commencer à travailler avec Excelaser, Delta Dore, Flamagas et Gecom.

Bienvenue aussi aux professeurs qui nous ont rejoint : Aurélie Frouard, Stella Erhard et Nathalie Souron !

Parmi nos projets, cette année, nous voudrions souligner la généralisation de l’utilisation de Edmodo pour tous nos groupes d’étudiants ; cette plateforme collaborative du domaine de l’éducation a été testée avec succès depuis plus d’un an pour certains de nos cours. Cela permettra notamment à nos apprenants de réécouter les documents sonores et les vidéos étudiés en classe et auxquels ils n’ont pas toujours accès. Cela facilitera aussi le partage du matériel complémentaire proposé par le professeur.

Sur ce blog, vous retrouverez tous les quinze jours un article qui abordera au gré des semaines un point de langue, un fait interculturel ou un point de droit. Comme toujours, vous pourrez immédiatement accéder à sa traduction en espagnol ou en catalan.

Nous vous souhaitons un excellent apprentissage du français en notre compagnie durant toute cette année !

Étiquettes: ,

Les Français et leurs vacances : durée et fréquence

Voici l’été et le temps des vacances ! Mais quand les Français les prennent-ils donc ? Durant longtemps, comme en Espagne, les entreprises fermaient au mois d’août : les employés se voyaient donc obligés de partir à cette époque. Mais les choses ont bien changé, même si certaines PME continuent de fermer durant une partie du mois d’août. Aujourd’hui, les Français, comme les Espagnols, prennent leurs vacances en juillet ou en août, et il est de plus en plus fréquent (surtout s’ils n’ont pas d’enfants) qu’ils partent en juin ou septembre pour bénéficier des tarifs préférentiels dans le secteur du tourisme.

La durée des vacances n’est plus non plus la même. Longtemps de quatre semaines, les séjours touristiques estivaux des Français sont aujourd’hui moins longs. Plus la durée légale des congés payés s’est allongée, plus ils ont fractionné leurs vacances de manière à bénéficier de périodes de congés deux voire trois fois dans l’année. En été, peu partent aujourd’hui un mois complet et la plupart prend deux ou trois semaines.

Pour notre part, bien que nous continuions à travailler durant le mois de juillet, les vacances de notre blog commencent dès aujourd’hui. Nous vous souhaitons à tous et à toutes un excellent été et espérons vous retrouver dès le début du mois de septembre !

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , , , ,

Les prépositions après les verbes français

Aujourd’hui, voici un petit conseil qui n’a l’air de rien mais qui vous sera très utile ! Les étudiants de cours en Français Langue Étrangère se compliquent parfois inutilement la tâche. Beaucoup d’entre eux pourraient s’éviter un double effort de mémorisation et mémoriser directement les verbes avec la ou les prépositions qui les suivent. Il s’agirait, en somme, de les mémoriser un peu comme des phrasal verbs en anglais.

Faute de l’avoir fait, un grand nombre de doutes risquent d’apparaître au moment, notamment, d’utiliser les pronoms personnels compléments et les pronoms relatifs.

Comment savoir si on dira :

*Je l’ai besoin* *j’y ai besoin* ou j’en ai besoin

ou encore *la chose que j’ai besoin* ou la chose dont j’ai besoin

si on ne sait pas que la locution verbale est : avoir besoin DE ?

Dans ce cas précis, la majorité des étudiants mémorisera en général une première fois la locution « avoir besoin », puis, s’apercevant que c’est insuffisant à l’heure d’utiliser certains pronoms, finira par mémoriser la locution « avoir besoin de ».

D’où l’utilité de dresser une liste personnelle des principaux verbes français avec leur(s) préposition(s) :

Donner quelque chose À quelqu’un

Obliger quelqu’un À faire quelque chose

Avoir envie DE

Parler DE quelque chose À quelqu’un

Etc.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , ,

Terminologie pour désigner les personnes dans le monde du travail

La façon de désigner les personnes avec lesquelles on entretient un rapport hiérarchique dans le travail a changé. Pendant longtemps, le responsable de service a appelé les personnes qui travaillaient sous ses ordres ses « subordonnés », c’est à dire : qui dépendent hiérarchiquement d’une personne de rang plus élevé. Depuis qu’on essaie, à l’exemple des anglo-saxons, de réduire la distance hiérarchique au travail, « subordonné » est devenu péjoratif et discriminant.

Le subordonné s’est donc transformé en collaborateur (c’est à dire : personne qui travaille avec d’autres). Certains critiquent ce politiquement correct et y voient là une belle hypocrisie. C’est de toute manière paradoxal d’utiliser un mot qui jusque-là était lui aussi très marqué et péjoratif, et a même été une insulte. En effet, un collaborateur (ou mieux, un « collabo ») a longtemps désigné le partisan et l’artisan de la collaboration avec l’ennemi durant l’occupation allemande de la seconde guerre mondiale.

Inversement, si « chef », forme populaire, continue d’être employé, il est concurrencé par « boss » et « supérieur hiérarchique » ou « responsable de service » lui sont communément préférés.

Toutefois, pour la personne qui exerce la même fonction qu’une autre ou qui fait partie de la même structure, on use encore et toujours du mot « collègue ». Il faut d’ailleurs souligner que, excepté dans le sud de la France, « collègue » ne suppose en aucune façon des relations d’amitié. Même si, évidemment, un collègue peut aussi devenir un ami.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Étiquettes: , , , ,